Chargement...
Chargement...

Dans la cathédrale

1897_dans-la-cathedrale
Une actualité de Fleur Aldebert
Publié le 21/09/2013

Cathédrale de Chartres illuminéeOn se souvient encore du dernier roman de Christian Oster, qui nous faisait traverser la France en direction de la Corse à l'arrière d'une voiture, avec comme bagage aussi encombrant qu'incongru, une chaise en bois massif. Cette fois-ci, la destination élue par son narrateur est nettement mois exotique. Dans la cathédrale, c'est l'histoire de Jean, qui habite un appartement parisien mais écrit des chroniques pour un journal local dont le siège est à Chartres. Au début du roman, Jean se rend à un enterrement avec Paul, un ami qui a établi ses quartiers dans sa chambre d'ami suite à une rupture amoureuse. Quand bien même notre narrateur exprime le souhait de voir celui-ci vider les lieux dans un avenir prochain, la disparition de Paul à la sortie du cimetière semble le déstabiliser au plus haut point. Ne sachant que faire, il va finir par prendre un train pour la Beauce. Ayant réservé une chambre dans un hôtel de Langeville, il décidera finalement de faire un saut à Chartres pour s'entretenir avec son rédacteur en chef, qu'il n'a pas eu l'occasion de voir en personne depuis un certain temps. Comme le courant passe plutôt bien entre les deux hommes, ce qui aurait pu constituer une simple échappée d'une journée finit par se prolonger l'espace de quelques jours, le temps pour Jean de faire d'une part l'expérience du quotidien de son hôte, et de l'autre, des rencontres surprenantes.

Plus que jamais, ce dernier roman de l'auteur de Mon grand appartement et de La femme de ménage aspire à souligner la vacuité de l'existence. L'anti-héros de ce livre dans lequel on sent l'influence de Jean Echenoz, autre grand auteur du catalogue des éditions de Minuit, est empêtré dans un réel dont il s'évertue constamment à démêler les fils, bien que de façon souvent superficielle. Etranger à tout ce qui lui arrive, il survole la vie comme s'il y existait un voile entre lui et le monde. Sa passivité chronique, (cf. l'extrait ci-dessous), ses contradictions, ses errances répétées, le rôle que joue le hasard dans des décisions qui s'imposent à lui plus qu'elles ne sont le fruit de sa volonté, tout concourt à produire un effet de non-sens et de vanité. A une exception près, car il existe quelque part un élément qui peut se révéler salvateur et permettre à l'homme de retrouver le nord et cet élément, et cette clé, c'est l'amour.

"La première personne qui me vint à l'esprit, à cet égard, et faute de pouvoir dialoguer avec Paul, fut Marianne, bien que j'eusse également songé à Marthe, qui, au demeurant, n'était évidemment pas disponible pour m'entendre. Marianne, donc, me disais-je, que j'hésitais à appeler, toutefois, car, m'avisais-je, ce que j'avais à lui dire n'était pas agréable du tout. C'était bien à elle, pourtant, que je devais confier, notamment, ça se confirmait, que je ne voulais plus la voir - ce qui était, ça se confirmait aussi, présentement, au-dessus de mes forces. Or c'est à ce moment qu'elle m'appela, et je décrochai. (...) Non, dis-je, ce n'est pas grave, il faut juste que je parte et qu'on ne se voie plus. Tu n'as pas besoin de partir pour ça, dit-elle. Non, dis-je, mais j'ai besoin de ne plus te voir pour partir. Je te fais peur ? dit-elle. Non, dis-je, ça n'a pas de rapport. Ecoute, Jean, dit-elle, tu es tordu. Tu es désagréable. Peut-être, dis-je. Je te quitte, dit-elle."

 

F.A.

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (120)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !