Chargement...
Chargement...

Dans la plus haute tour du château

14858_dans-la-plus-haute-tour-du-chateau
Une actualité de Marilyn
Publié le 09/12/2015
donjonAprès une première publication en France d'inspiration proustienne, le nouveau livre de Jennifer Egan, Le Donjon (éditions Stock) tient du roman gothique. Incontestablement, la roue tourne. La preuve en est avec Howard dont la richesse actuelle compense le traumatisme subit enfant à cause de son cousin Danny aujourd'hui endetté et malchanceux. Faisant preuve de clémence, le fortuné engage le miséreux dans le projet de rénovation d'un château. Le roman prend alors une tournure drolatique avec l'apparition d'un personnage ô combien mystérieux : une vieille baronne refusant de quitter le donjon de ses ancêtres jusqu'ici imprenable sous peine de faire usage de la violence. Bien loin de là, Ray, un prisonnier rêvant de liberté, s'est inscrit dans un atelier d'écriture tenu par Holly dont il tombe sous le charme. Quel a été son crime ? Nous ne le saurons qu'à la fin après avoir découvert son quotidien d'armes confectionnées avec trois fois rien et de détenus préoccupés par l'élevage de geckos. Qu'est-ce que deux cousins isolés en Europe de l'Est et un homme incarcéré à perpétuité ont en commun ? A priori rien, mais c'est ici que réside tout le talent romanesque de Jennifer Egan. Quelques pages suffisent à nous prendre au piège et ne nous laissent qu'un choix : aller jusqu'au bout de cette histoire rocambolesque et pleine d'imagination. A lire également : Notre article sur le précédent roman de Jennifer Egan, Qu'avons-nous fait de nos rêves ?

Bibliographie