Chargement...
Chargement...

De belles rencontres...

14428_de-belles-rencontres
Une actualité de Emilie Dupuch
Publié le 08/08/2015

inconfiantsDes livres pour ouvrir nos horizons sur la  littérature et sur le monde...

En quelques années, les éditions Le Bec en l'air ont su imposer une ligne éditoriale cohérente et originale. Présents dans les domaines de l'architecture, de la photographie, ou de la littérature, chacun des ouvrages qu'ils publient ont pour particularité de  mettre en regard textes et photographies.

Sur nos tables en littérature, vous avez sans doute déjà repéré les livres aux couvertures colorées de la collection Collatéral. Signés par des grandes plumes de la littérature contemporaine -Maylis de Kerangal, Joyce Sorman, ou encore Eric Faye- chaque ouvrage se construit sur une collaboration avec un  photographe.

Les Inconfiants a été écrit par Tatiana Arfel, une jeune romancière que nous avions découvert avec le remarquable   L'attente du soir paru chez Corti en 2009. Ici, elle a travaillé avec l'illustrateur et photographe Julien Cordier autour d'un projet bien particulier. En résidence à la Ferme du Vinatier, un espace culturel installé au sein d'un centre hospitalier de la région lyonnaise, les auteurs se sont immergés dans le lieu et se sont liés avec ses résidents. De ces rencontres est né ce livre.

Dans ce texte, Tatiana Arfel donne la parole aux patients, visiteurs, employés. Elle a choisi de décliner autant de chapitres que de personnages. Chaque chapitre nous présente ainsi un univers et nous laisse entendre une voix, une faille aussi. Ces voix, ces mots, ne peuvent que résonner en nous tant le phrasé est dense et rythmé . L'envie nous prend alors de lire à voix haute...

Julien Cordier a quant à lui travaillé sur des photographies dessinées, où apparaissent des personnages grotesques, voire monstrueux. La couverture du livre que nous avons insérée plus haut peut vous donner déjà un bref aperçu de l'originalité de ces illustrations.

C'est un vrai dialogue qui se tisse alors, au fil des pages, entre le texte et l'image. Face aux monologues, à la richesse et à l'intensité d'une langue, l'image, et le silence qu'elle impose, nous bouleverse évidemment.

Bibliographie