Chargement...
Chargement...

De l'intertextualité

955_de-l-intertextualite
Une actualité de Fleur Aldebert
Publié le 24/08/2013

Leslie KaplanQuel est le point commun entre Jean-Luc Godard, Charlie Chaplin, Martin Scorsese, Bob Dylan, Colette, Léon Tolstoï, Franz Kafka, John Dos Passos, Karl Marx, Rosa Luxembourg et Mao Tsé-Toung ? Ils sont convoqués, avec bien d'autres encore, dans le dernier livre de Leslie Kaplan, Mon Amérique commence en Pologne (Ed. P.O.L). Sur le mode de l'intertextualité, celui-ci offre en effet au lecteur bribes de chansons, références littéraires et cinématographiques, contes yiddish, et perles d'humour juif, de telle sorte qu'il s'apparente à un palimpseste moderne. L'auteur se souvient - pas tellement de son enfance aux Etats-Unis, mais plutôt de ses années parisiennes, période pendant laquelle l'Amérique ne cesse jamais de figurer en fond d'écran dans la vie de cette jeune Américaine d'origine polonaise. Roman du déracinement, de l'éclatement, mais aussi de l'identité, le dernier livre de Leslie Kaplan se présente alors comme une série de souvenirs qui retracent un itinéraire - le sien et celui de sa famille. Ne nous leurrons pas, il est des récits de vie plus ou moins passionnants. De toute évidence, cela dépend autant de l'époque que du personnage. Dans le cas de l'auteur de Fever et du Psychanalyste, nous ne sommes pas pas déçus car nombreuses sont les facettes dévoilées dans ce dernier livre. Nous retiendrons par exemple l'adolescente qui découvre la philosophie, le cinéma, la littérature, la politique, mais aussi l'amour, puis la jeune femme déracinée qui construit sa propre identité entre culture américaine, culture juive et culture française et enfin, la jeune femme qui a grandi dans l'effervescence du Paris des années 1960 et 1970.

Le lecteur se régale avec ces quelques deux cent pages indéniablement autobiographiques, au cours desquelles se confirme une fois de plus la grande sensibilité de l'auteur pour la langue, notamment dans ses aspects liés au rythme et à la musicalité. Par ailleurs, sa façon de mettre en évidence l'écart qui peut exister entre signifiant et signifié ne pourra que frapper par sa pertinence tous les lecteurs qui, comme elle, disposent d'un répertoire langagier pluriel.

Mon Amérique commence en Pologne s'impose ainsi comme un livre d'une très grande richesse dont l'une des principales vertus est de défier les frontières - celles du roman aussi bien que celle de la culture.

F.A.

 

 

 

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (129)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (122)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !