Chargement...
Chargement...

Demain peut-être...

13469_demain-peut-etre
Une actualité de Julia Pénigaud
Publié le 29/03/2016

Demain Berlin, Oscar Coop-Phane

Âgé de 26 ans, Oscar Coop-phane avec Demain Berlin nous plonge dans les bas fonds d’une jeunesse inhibée sous fond de techno langoureuse. Il dépeint dans ce deuxième roman l’exacerbation d’une solitude destructrice. Prenant par la main trois jeunes hommes elle les happe vers un cercle tortueux où l’amour est rapide et anonyme. Demain Berlin c’est l’overdose d’une jeunesse en pleine désillusion qui préfère se perdre dans la nuit plutôt que de faire face à une réalité qui les dépasse. Loin des technologies et des réseaux sociaux, ce roman offre quelques minutes hors du temps, hors de la toile dans le monde des « druffis » et d‘une génération blessée.

« Le ciel nargue. De ciel, il n'y en a pas. C'est une grosse cloche grise posée sur la ville. On ne distingue ni soleil ni nuage, seulement cette couverture d'asphalte, un drap que l'on aurait tendu entre les hommes et les cieux, un drap qui retiendrait tous les espoirs. La cloche de détresse. »

    Tobias, Armand, Franz. Trois parcours ô combien différents. Trois portraits qui vont se croiser, se joindre, s’entremêler, pour parfois ne faire qu’un, sont dépeints comme des antihéros de leur temps. Ces hommes fragiles, perdus, nous sont offerts avec un romantisme et une poésie qui obligent le lecteur à un peu de tendresse. À la recherche d’un nouveau départ nos héros seront rattrapés par une madeleine faite de produits chimiques et de paradis artificiels. C’est en passant les portes du Berghain – le plus célèbre night-club européen – que nos amis danseront, vivront jusqu’à l’épuisement. Les corps moites, électrisés, au relent de GHB se retrouvent alors en une étreinte paralysante, violente. Tout cela au rythme d’une techno psychédélique qui immerge les personnages et le lecteur dans une atmosphère étouffante, jusqu’à la libération.

« Il connaît le chemin de retour. Quand il le décidera, il rentrera. Il abandonnera les rues et leurs passantes, pour retrouver son lit, en attendant demain. »

    Oscar Coop-phane dévoile ici la désillusion de cette génération perdue, délaissée par l’avenir et la société dont le seul espoir est la nuit où la drogue est maîtresse et règne quelque soit le lieu, le pays, l’adresse. Un roman bref, intense, fascinant, aux personnages attachants et qui jusqu’au bout questionne le lecteur quant à l’issue finale…

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !