Chargement...
Chargement...

Dernier train pour Buenos Aires

2078_dernier-train-pour-buenos-aires
Une actualité de Fleur Aldebert
Publié le 21/09/2013

Hernan Ronsino"Il est revenu hier. Il est descendu du train, le crâne rasé et la peau rance. Il ne ressemblait pas à Kirk Douglas. Alors j'ai pu voir clairement ma mort." Dans la série des romans aussi brefs que fulgurants dont la maison Liana Levi a le secret, Dernier train pour Buenos Aires (parution prévue pour le 2 septembre prochain) est d'une remarquable efficacité. Enigmatique, mystérieux et elliptique, ce court western se déroule dans un pueblo anonyme situé à quelques 150 km de la capitale. Ce deuxième roman du jeune auteur (mais néanmoins très prometteur) Hernán Ronsino (1) se présente sous la forme d'un récit polyphonique dans lequel une poignée de personnages centraux prennent la parole à des moments très différents pour raconter non pas leur version des événements, mais avant tout pour se livrer. A travers ces quatre monologues percent alors non seulement leurs diverses obsessions, mais aussi leur propre histoire. Ainsi, ce n'est qu'une fois terminé la lecture de ces quatre récits désarticulés que l'on est en mesure de comprendre ce qui s'est passé au sein de cet univers essentiellement masculin. Par ailleurs, bien que le pivot du roman, dont on gardera longtemps en mémoire l'ambiance sombre et la dimension cinématographique de nombreuses scènes, s'avère être un crime passionnel, l'auteur recourt à un schéma narratif opposé à celui du roman policier puisque celui-ci n'est dévoilé que dans les dernières pages. En toile de fond de ce puzzle littéraire, on retrouve enfin des allusions extrêmement discrètes à un demi-siècle d'histoire argentine, tandis que, lourde de signification, la disparition du train symbolise la mort d'un petit village en proie à la déréliction.


(1) Son premier roman, La descomposición, n'a pas encore été traduit en français.

 

F.A.

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (120)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !