Chargement...
Chargement...

Des animaux et des hommes

1902_des-animaux-et-des-hommes
Une actualité de Fleur Cattiaux
Publié le 21/09/2013

WombatSi vous faites partie des lecteurs qui souhaitent en savoir un peu plus sur ce lointain pays qu'est l'Australie, vous avez certainement déjà lu et relu les chroniques de Bill Bryson rassemblées dans le livre intitulé Nos voisins du dessous et le "polar" de Douglas Kennedy, Cul-de-sac, qui a récemment été retraduit et rebaptisé Piège nuptial. Mais pouvez-vous vous vanter d'avoir lu des livres de Kenneth Cook ? Si ce n'est pas le cas, sachez que c'est pourtant un prérequis indispensable à quiconque prétend s'y connaître un minimum en matière de littérature australienne. Auteur d'un certain nombre de romans aussi sombres que sérieux, Kenneth Cook est en même temps un aventurier qui semble avoir le chic pour se retrouver dans des situations impossibles. Ainsi, après nous avoir régalé avec son premier recueil de nouvelles intitulé Le koala tueur, cet Australien, qui reconnaît être "plus candide que la moyenne" - "je suis le pigeon humain par excellence" -  nous fait le plaisir de récidiver en publiant la Vengeance du wombat (et si tout se passe bien, sachez qu'il y aura même une troisième salve d'ici peu). Les mésaventures de notre "ardent défenseur de la nature" sont une fois de plus absolument hilarantes. A force, on sait qu'avec lui, rien ne se déroule jamais comme prévu. Et ce qui fait son talent, c'est incontestablement sa capacité à nous raconter ses expériences délirantes en une poignée de pages, sans pour autant lésiner sur les détails. Dès lors, le lecteur n'a aucune difficulté à visualiser cet ensemble de scénarios catastrophes et doit bien admettre que si ces derniers avaient été filmés, chacun d'entre eux aurait parfaitement trouvé sa place dans l'émission Vidéo gag. Dans La vengeance du wombat, il nous explique cette fois-ci avec force illustrations pourquoi il se méfie autant des wombats, des kangourous et des quokkas, poursuivant sa rectification de "la longue série d'illusions qu'entretiennent les gens sur les marsupiaux d'Australie. Comme la plupart sont petits, les gens ne les croient pas dangereux. Quelle bévue !" Et, comme dans Le koala tueur, notre aventurier fera une fois de plus des rencontres que nous ne pourrons que qualifier d'originales avec des individus de sa propre espèce. En un mot, ce deuxième opus s'impose comme un concentré de bonne humeur dont vous auriez tort de ne pas abuser, ne serait-ce que pour entretenir vos zygomatiques !

 F.A.

Bibliographie