Chargement...
Chargement...

Des étincelles, des éclairs... et des pigeons !

2180_des-etincelles-des-eclairs-et-des-pigeons
Une actualité de Fleur Aldebert
Publié le 24/11/2014

Pigeons-Copyright MAAndrew PhotographyDepuis des années, nous attendons chacun de ses romans avec une fébrilité digne d'un enfant qui trépigne devant ses cadeaux de Noël. Et nous ne sommes jamais déçus. Alors, que nous a réservé Echenoz en cette rentrée ?

Après Les grandes blondes et Je m'en vais, il nous avait régalés avec son récit des dernières années de Maurice Ravel et celui de la vie d'Emile Zatopek. Portant à trois le nombre des délicieuses biographies romancées dont lui seul a le secret, et ce pour notre plus grand bonheur, Jean Echenoz s'attaque cette fois-ci à l'un des scientifiques les plus inventifs de l'histoire contemporaine - Nikola Tesla. Rompant cependant avec ses deux romans précédents, dans lesquels ses héros conservaient leur nom original, il a cette fois-ci préféré le rebaptiser, sans doute pour se permettre davantage de libertés (1). C'est ainsi qu'il nous dépeint la vie de Gregor, de sa naissance à sa mort - deux événements pour le moins frappés du sceau de l'originalité - avec le même regard attendri, paternel, et clément qu'il avait adopté avec Emile Zatopek. "Ombrageux, méprisant, susceptible, cassant, Gregor se révèle précocement antipathique" et pourtant, on a bel et bien l'impression qu'il pardonne tout à ce personnage complexe : sa misanthropie, son hypochondrie, sa folie des grandeurs, ses excentricités - sa passion aussi dévorante que malencontreuse pour les oiseaux, notamment les pigeons, son obsession du chiffre trois et de tous les multiples qui vont avec, sa sainte horreur des bijoux-, réussissant l'exploit de le rendre attachant à nos yeux. C'est à dire que l'on éprouverait presque de la pitié à l'endroit de cet homme à qui sa propre indifférence - et pour la notion de propriété industrielle, et pour l'argent - jouera bien des tours et lui vaudra d'accumuler d'impressionnantes créances. "Il en ira ainsi avec Gregor : les autres vont s'emparer discrètement de ses idées pendant que lui passera sa vie en ébullition. Mais ce n'est pas tout de faire bouillir, il faut ensuite décanter, filtrer, sécher, broyer, moudre et analyser. Compte, pèse, partage. Gregor n'a jamais le temps de s'occuper de tout ça. Eux, dans leur coin, vont prendre tout le leur pour mener ses idées à terme alors que lui, haletant, aura déjà bondi sur autre chose. Et les dépôts de brevets n'y feront rien, n'empêchant pas plus Röntgen de revendiquer l'invention des rayons X que, plus tard, Marconi la radio."

Comme à l'accoutumée, la prose d'Echenoz est très rythmée. Il tient la cadence de la première à la dernière ligne, refusant de s'attarder sur les détails inutiles. On sent qu'il convient d'être bref, d'aller droit au but, ce qui ne l'empêche nullement de décrire de véritables scènes d'anthologie, telles que les circonstances de sa naissance, sa rencontre avec le magnat des finances John Pierpont Morgan, et ses dernières années entouré de pigeons. Par ailleurs, l'auteur de Lac et de Cherokee cultive une fois de plus cet humour subtil qui nous ravit tellement, comme dans le passage suivant : "On le voit, ce ne sont pas là des projets étriqués car il ne convient à Gregor que d'affronter de vastes dimensions. Très tôt, parmi celles-ci, lui vient la certitude qu'il ferait bien par exemple un petit quelque chose avec la force marémotrice, les mouvements tectoniques ou le rayonnement solaire, des éléments comme ça - ou, pourquoi pas, histoire de commencer à se faire la main, avec les chutes du Niagara dont il a vu des gravures dans des livres et qui lui semblent assez à son échelle. Oui, le Niagara. Le Niagara, ce serait bien."

Mine de rien, ce contemporain et rival d'Edison et de Westinghouse aura été l'auteur de plus de sept cent inventions, dont beaucoup ont été attribuées à tort à d'autres scientifiques. Et mine de rien, Echenoz a tout simplement signé une merveille de plus.

Des Eclairs paraîtra aux éditions de Minuit le 23 septembre prochain, tandis que Nous trois sortira dans la collection Double.


(1) S'il convient de garder à l'esprit le fait qu'il s'agit d'un savant mélange entre fiction et réalité, on en apprend néanmoins beaucoup. A cet égard, le passage sur l'invention de la chaise électrique est particulièrement édifiant !F.A.

 

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !