Chargement...
Chargement...

Des nouvelles comme s'il en pleuvait !

584_des-nouvelles-comme-s-il-en-pleuvait
Une actualité de Céline
Publié le 15/03/2016

ogawayoko11.jpgDans le paysage dense de la Rentrée Littéraire, deux recueils de nouvelles ont retenu mon attention.

Il s'agit de Une canne à pêche pour mon grand-père, de Gao Xingjian, Prix Nobel de littérature en 2000, et de Tristes revanches de Yoko Ogawa. Ces deux écrivains de renom nous montrent à quel point l'art de la nouvelle est précieux et se manie avec précaution. Voici donc deux recueils de toute beauté.

Gao Xingjian nous propose six nouvelles sur des thèmes variés : l'amitié, la nostalgie, l'émoi amoureux ou le deuil. Chaque texte, d'une simplicité déconcertante, envoûte par sa douceur, sa sensibilité et son humanité. Par petites touches, il campe des situations presque banales mais dans lesquelles chaque détail, chaque description touche profondément par sa dimension poétique.

Yoko Ogawa nous dresse une oeuvre intéressante par sa construction d'abord. En effet, chacune des onze nouvelles est une des pièces d'un puzzle à reconstituer. Intimement liés par un détail - un fruit, un personnage, un lieu - ces textes courts à l'écriture chirurgicale, s'affirment au fur et à mesure de la progression du lecteur dans l'ouvrage. A la fin, la boucle est bouclée en une curieuse mise en abîme, confirmant le talent de l'écrivaine japonaise. Tristes revanches traite de ses thèmes de prédilection : la mort, l'attente, la solitude, le fétichisme, et les collections. Ce recueil offre une jolie manière de rentrer dans l'univers d'un auteur qui, année après année gagne des fifèles troublés par l'ambiguité de ses ambiances.

Bibliographie