Chargement...
Chargement...

Disparition d'une collection

2500_disparition-d-une-collection
Une actualité de Fleur Aldebert
Publié le 19/03/2016

Le portrait de JennieQue de disparitions ! Nous vous entretenions dernièrement de la quasi impossibilité de dénicher le moindre texte d'Italo Calvino hormis sur le marché de l'occasion, et voici maintenant que c'est non pas un auteur mais un fonds entier qui va s'effacer de nos étagères, celui de la collection Arcanes. Lancée en 1999 par Jöelle Losfeld en hommage à son père, importante figure du paysage éditorial des années 1950 et 1960 (1), cette jolie petite collection de semi-poches dont la palette de couleurs vives utilisée pour ses couvertures lui promettait un avenir lumineux s'apprête pourtant à disparaître. Essentiellement composée de romans français et anglo-saxons, elle comptait parmi ses titres phares des textes d'Albert Cossery, P.G. Wodehouse, Richard Morgiève, Paula Fox ou encore Edith Wharton, ainsi que des petites pépites comme Sister Carrie de Theodore Dreiser, La mort en gros sabots de J.F. Bardin, La pêche au saumon de Jeannette Haien ou encore Le portrait de Jennie de Robert Nathan. Et c'est d'ailleurs sur ce dernier que je souhaiterais attirer votre attention aujourd'hui, tout en remerciant David d'avoir eu la bonne idée de me le mettre entre les mains. Ecrit en 1940 et adapté à l'écran huit ans plus tard, Le portrait de Jennie fait partie de ces petites merveilles qui plongent leur lecteur dans une atmosphère aussi intemporelle que surréaliste. Non sans évoquer le célèbre Portrait de Dorian Gray d'Oscar Wilde, ce roman met en scène un peintre désargenté en mal de reconnaissance et d'inspiration dont le destin va être littéralement bouleversé par sa rencontre avec une mystérieuse petite fille. Tombant instantanément sous son charme, le jeune homme, qui n'a rien en tête que la morale réprouve, s'interdit néanmoins de se laisser trop perturber, jusqu'au jour où il se rend compte qu'il n'a pas été le seul à être affecté par cette rencontre fortuite : l'étrange petite fille s'efforce de son côté de grandir le plus rapidement possible pour que leur relation puisse avoir une chance de se matérialiser... Voici donc un beau petit roman qui a de quoi réveiller le romantique qui sommeille en vous et même peut-être faire voler en éclat la carapace de lassitude désabusée dans laquelle vous êtes enserré en vous laissant aller à rêver d'un monde dans lequel la magie aurait sa place. Quant à l'illustre inconnu qui l'a écrit, sachez que pour banal, son nom n'en est pas moins associé à un nombre considérable de publications outre-atlantique, que ce soit sous la forme de romans, poèmes, livres pour enfants ou pièces de théâtre...

Espérons dès lors que vous trouverez vous aussi votre bonheur dans le lot de ces petites merveilles désormais à 5 € (exception faite des romans de Jean Meckert, Albert Cossery et Michel Quint) !


(1) Le nom Arcanes a en effet été choisi en hommage au nom de la maison d'édition d'Eric Losfeld, qui se posait en grand défenseur des surréalistes et l'avait baptisée ainsi en référence au recueil
Arcane 17 d'André Breton.F.A.

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (120)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !