Chargement...
Chargement...

Echangismes

no_media
Une actualité de Véronique M.
Publié le 18/03/2016

C'est toujours avec soupçon et une franche dérision qu'il faut aborder l'univers de Pierre Bayard, auteur en 2007 du désormais incontournable Comment parler des livres qu'on n'a pas lus ? , promesse qui a tenté une bonne part d'un public d'amateurs et, pour tout vous dire, de professionnels du livre, habitués en premier lieu à tenir quotidiennement un discours sur des ouvrages que la masse d'imprimés ne laisse l'occasion de tout embrasser...

Cette année, ce sérieux professeur de littérature française à l'Université Paris 8 et psychanalyste récidive avec une proposition non moins indécente d'échangismes littéraires avec Et si les oeuvres changeaient d'auteurs ? (toujours aux éditions de Minuit) : face à notre caméra, Pierre Bayard vous décomplexera d'attribuer Dom Juan à Pierre Corneille, L'Etranger à Franz Kafka ou Autant en emporte le vent à Tolstoï. Et que dire de  ceux qui confondent définitivement l'auteur des Sept Piliers de la sagesse avec celui de L'Amant de Lady Chatterley : D.H Lawrence ou T.E Lawrence ? Et bien rien de moins qu'ils ont raison,  explique lors de la conférence  (que vous pouvez  réécouter en cliquant sur ce lien) le retors Pierre Bayard en familier des erreurs et des manifestations de l'inconscient ! C'est ouvert aux vastes possibilités de ce nouveau champ d'investigation subjective que se porte une fois encore le redoutable regard de cet écrivain qui, en une dizaine d'ouvrages remarqués de "critique policière" (dans lesquels il contestait la solution du meurtre : Enquête sur Hamlet, Qui a tué Roger Ackroyd ? ,  L'affaire du chien des Baskerville ? - ces deux derniers parus en collection "Double" chez Minuit) et de "critique d'amélioration" (entre autres dans Comment améliorer les oeuvres ratées ? ou Le Hors-sujet - qui offrait, ô sacrilège, d'éliminer les digressions chez Proust) bouscule la théorie traditionnelle en lui injectant un souffle fictionnel revigorant. Pierre Bayard tient lui-même à intituler "fictions théoriques" ses tentatives d'écrire à mi-chemin de l'essai rigoureux, efficace dans sa démonstration et le plaisir de nous raconter avec imagination et ironie les aventures d'un narrateur en plein délire d'interprétation et de réattributions fantaisistes qui en disent toujours long sur notre talent de lecteurs.


N.B : un collectif de romanciers (François Bon, Jean-Philippe Toussaint), théoriciens (Umberto Eco, Gérard Genette), critiques et enseignants sont réunis pour saluer la "révolution" initiée depuis 20 ans par Pierre Bayard dans Pour une critique décalée, autour des travaux de Pierre Bayard (avec un texte de ce dernier) aux éditions Cécile Defaut.

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !