Chargement...
Chargement...

Edward Abbey est aussi bon seul, qu'en gang !

Desert-solitaire.jpg
(et aussi sans clé à molette)
Publié le 03/12/2018
Lecteurs de "nature writing", avides de grands espaces, vous et moi sommes habitués à des récits de forêts, d'hivers, de montagnes. Sortez de votre zone de confort, et explorez le parc national des Arches dans l'Utah : un désert rouge.
Après 10 années d'aventures, Edward Abbey revient à son baraquement dans le désert de l'Utah. Moments d'attente sur le proche où l'on observe les ombres rouges, où l'on explore, d'abord des yeux, ce spectacle lunaire.
Malheureusement l'homme a, là aussi, commencer à pervertir cette terre sauvage.
D'une poésie et d'une force exceptionnelles, Désert Solitaire est le récit d'un homme sensible et dur, d'un lieu magique et aride. Encore une fois Edward Abbey nous submerge par son charisme, sa sagesse, son amour du sauvage.

Absolument magnifique.

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (131)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (126)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !