Chargement...
Chargement...

Fêtez le Kippour en humour !

2131_fetez-le-kippour-en-humour
Une actualité de Fleur Aldebert
Publié le 21/09/2013

guerre-kippour.jpegLe jour de la fête du Yom Kippour se déroule d'ordinaire sous de paisibles auspices à Clamart, petite ville tranquille de la banlieue parisienne. Mais sous la plume de Frédéric Chouraki, cette journée va se muer en une rencontre au sommet entre Frédéric, son héros - le terme d'anti-héros serait sans doute plus approprié -  et sa famille, rencontre qui très vite prend des allures de choc des titans. Car le dénommé Frédéric, à la foi déjà plus que vacillante si ce n'est défaillante, est cette année accompagnée de Popeline, rousse incendiaire aux moeurs légères et aux tenues vestimentaires pour le moins extravagantes. Popeline n'a pas pour habitude de passer inaperçue, et elle n'a pas l'intention de déroger à la règle afin de mieux s'intégrer à cette famille qui érige la tradition en valeur absolue. C'est donc tel un boulet de canon qu'elle déboule au milieu du salon feutré des Bronstein, sous le regard peu amène de Madame Bronstein, qui voit là une menace pour son assise matriarcale jusque-là intacte, et sous celui beaucoup plus intéressé de Bronstein père, qui se laisse aisément perturber par la crinière rougeoyante de celle qui lui fera office de bru tout au long de cette journée - et de cette nuit - du Yom Kippour, période pendant laquelle le peuple élu est censé se purifier de ses péchés qui ici se font multiples et variés. Inutile de dire que l'expiation en question n'aura pas lieu ! Le séjour est émaillé de déboires et rebondissements en tous genres, laissant la part belle aux conflits et autres règlements de comptes familiaux.

Le titre est évocateur, en référence à la guerre d'octobre 1973, dite aussi "guerre du Kippour", lors de laquelle les troupes égyptiennes et syriennes ont lancé une offensive pour reconquérir les territoires occupés par Israël. Et c'est bien à une véritable offensive que se livre Popeline, attaque qui trouvera son dénouement sous la forme d'un renversement de situation pour le moins inattendu.

Ce sixième roman d'une drôlerie caustique est servi par une écriture mordante que l'on sent jubilatoire. Un vrai plaisir de lecture !

 Maud.

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !