Chargement...
Chargement...

Fournel, le roi de la reine (petite)

193_fournel-le-roi-de-la-reine-petite
Une actualité de David V.
Publié le 09/05/2013
Paul Fournel
On connaît peu de cyclistes écrivains même si on a lu beaucoup de mémoires de ces géants, malhabiles avec des plumes malgré leur aspect aérien : des nègres appointés se chargent de mettre en forme leurs selles et leurs exploits, leurs chutes et leurs apogées. On connaît en revanche beaucoup plus d'écrivains cyclistes et même s'ils ne constituent pas un peloton très fourni, quelques noms se distinguent. On aura une pensée pour Louis Nucéra, mort de sa passion au bord d'une route, pour Antoine Blondin qui fut plus souvent dans la voiture accompagnatrice et suivit un nombre incroyable de tours de France (pédala-t-il ?), à Maurice Leblanc et son Voici des ailes malheureusement introuvable et qui permit à la bicyclette d'entrer dans le monde des Lettres par la grande porte, à René Fallet qui aima aussi la pêche et le vin, et plus récemment à Eric Fottorino qui poussa le vice jusqu'à précéder le Tour à coups de pédales longtemps avant de grimper à l'assaut du Monde cet Alpe-d'Huez de la presse française, à Maxime Schmitt et son nostalgique Vélo volé, à Pierre-Louis Desprez et ses Petits cycles de bonheur, à Olivier Dazat qui fit un beau Dilettante, à Jean-Noël Blanc et sa Légende des cycles, à Philippe Bordas en début d'année avec son magnifique Forcenés qui aurait mérité un billet pour vanter ses mythologies d'un règne désormais terminé, celui des forçats de la route avant l'avènement visible du cycliste bio-ionique..., on aura donc toutes ces pensées avant de nous tourner vers le phénix de la littérature cyclopédique, le forezien oulipiste Paul Fournel qui nous régale aujourd'hui d'un brillant petit opus Méli-Vélo. Il succède dans sa bibliopédie à Besoin de vélo (paru lui aussi au Seuil) hymne à ce sport qui est plus qu'un sport, à Foraine où une course cycliste venait couronner un roman superbe et plus récemment à Chamboula où la petite reine se fait plus discrète, un roman passé relativement inaperçu lors de la dernière rentrée, ce qui est plus qu'une injustice : une erreur.
Abécédaire de cette langue à part qu'est le vélo et qui condamne souvent les non-initiés à ne rien comprendre aux conversations que leur infligent les spécialistes (qui n'a pas le souvenir d'un terrible dîner où l'auteur présent égrainait la liste de tous les vainqueurs du Tour et menaçait de nous livrer le palmarès de Milan-San Remo avant qu'un astucieux convive ne simule une brutale attaque de goutte ?), mais dictionnaire malicieux où défilent tous ces termes qui ont bercé notre enfance (façon de parler quand elle s'éternise devant le poste largement au-delà de l'âge autorisé), ce Méli-Vélo est un viatique formidable qui alphabétise une passion simple (sans hernie ni Ernaux). Vous saurez tour sur le yoyo, la xanthopsie, la traduction de moult verbes ésotériques comme gicler, visser, toxiner, tirer (gros), sucer (les roues), se refaire la cerise, flinguer, etc, etc, etc...que vous pourrez ensuite habilement glisser dans vos repas en ville lorsqu'un velib soulèvera votre nappe. Si l'œil de votre interlocuteur s'allume lorsque vous aurez osé une incursion dans ce champ lexical, vous saurez alors qu'amorcer un petit débat autour de Lucien Van Imp ou du sieur Lapébie sera tout à fait envisageable et pourra vous conduire sans peine au dessert. Pour l'heure cette friandise argentée apparaît tout juste chez votre libraire devant lequel il sera inutile de se garer en double file puisque la municipalité a pourvu le trottoir de barres métalliques où accrocher votre petite reine qui ne se plaindra pas de cette étrange torture.

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !