Chargement...
Chargement...

Francesca, vendue

1944_francesca-vendue
Une actualité de Sylvie
Publié le 21/09/2013

Mort de Francesca de Rimini et Paolo Malatesta par A.CabanelQui se souvient de la pièce de théâtre de Gabriele D'Annunzio qui ajouta à sa réputation de grand auteur au début du XX° siècle Francesca de Rimini ? Il n'y a plus grand monde pour lire ce poète un peu baroque, même à Arcachon dont il aida à faire, un temps, la réputation. Il avait pourtant saisi ce qui faisait toute l'intensité dramatique d'une des grandes figures légendaires de l'Italie. Le talentueux Jacques Tournier qui nous offre de temps à autre un roman (qu'on se souvienne du délicieux Des persiennes vert perroquet édité par Martine Sada chez Calmann-Lévy) s'est à son tour intéressé à cette héroïque jeune femme qui dut "payer le prix de la guerre" en étant livrée par sa famille à l'ennemi juré pour que cessent les batailles meurtrières. Donnée en gage mais jamais asservie, cette jeune fille qui se retrouve dans le lit d'un infirme violent dont elle ne sait rien sinon que chez elle on le hait ne cesse jamais de proclamer sa liberté alors qu'on la cloître. Jacques Tournier a choisi d'écrire au présent pour nous faire adhérer au plus près à cette histoire sans le recul de l'Histoire : nous sommes dans son présent, nous haletons à la voir malmenée, nous la suivons au coeur de ce Moyen Age à la fois raffiné et sauvage, en un temps où Chrétien de Troyes chante les hauts faits de ses chevaliers de la Table Ronde que des âmes bien nées découvrent. Langue brève, qui refuse l'effet, langue épurée que celle de Jacques Tournier et qui convient parfaitement à cette épopée amoureuse dont tout le monde connaît les ressorts (mais que nous ne raconterons pas...) et que Dante immortalisera. Magnifique, tragique, Francesca de Rimini rappellera aux amateurs de romans historiques qu'il n'est pas besoin de costumer ses héros pour les rendre inoubliables et aux amateurs de littérature tout court que le passé est une mine pour les écrivains de talent.

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !

Emilie (118)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?