Chargement...
Chargement...

Fuck America

2213_fuck-america
Une actualité de Céline
Publié le 18/03/2016

Fuck AmericaFuck America : une couverture flashy, un titre racoleur, me direz-vous ? Je ne peux en effet pas le nier. Ce roman au titre provocateur complètement irrévérencieux va bouleverser le petit monde bien pensant. Nous voici projetés dans le New York des années 50. Le rêve américain ? Non.  C'est plutôt le côté obscur de la force : les quartiers pauvres et populaires. Et au beau milieu des clochards, des prostituées et des restaurants miteux, voici le vrai, le grand et l'unique Jacob Bronsky ! Vous ne le connaissez pas ? C'est normal.  Il vient d'arriver en Amérique, il est juif, n'a pas un rond, mais écrit le grand roman de sa vie intitulé le Branleur. Tiraillé entre le présent en Amérique - une terre de liberté de pacotille - et son passé - l'expérience des ghettos et l'extermination des juifs, Jacob se perd entre deux pages de son roman dans un océan de solitude et de doutes.  Ce Jacob ressemble d'ailleurs étrangement à Edgar Hilsenrath lui-même rescapé des ghettos juifs, ayant trouvé refuge à New York par la suite. Bronsky, quand il n'écrit pas, nous livre également son errance dans la ville entre des boulots pourris, des rencontres fracassantes et une sexualité difficile à soulager. La construction du récit hyper originale - se mêlent courrier administratifs, dialogues déjantés, logorrhées  en tous genres et autres récits dans le récit - bouscule le lecteur et sonne comme un étrange écho au chaos intérieur de Bronsky. Un roman provocant et déjanté certes, mais un petit festin intelligent et émouvant.

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !