Chargement...
Chargement...

Grace - Paul Lynch

lynch.jpg
Une actualité de Lucie
Publié le 05/01/2019
Paul Lynch confirme son talent dans un roman bouleversant.
C'est la fin de la récolte en cette année 1845, et l'Irlande vit depuis quelques mois le début de ce qu'on appellera la Grande Famine : les cultures locales sont ravagées et l'immense majorité de la population ne trouve plus de quoi se nourrir. Grace, 14 ans, vit avec sa mère et ses trois frères et sœurs dans une masure du Donegal. Un matin, avant l'aube, sa mère la réveille brutalement, la jette sur le billot, empoigne ses longs cheveux et les rase sans ménagement. Il n'y a plus d'autre solution pour trouver un peu d'argent que de courir les routes à la recherche d'un emploi, ou d'un larcin : en tant qu'aînée, c'est à Grace que revient la charge de parcourir les routes de l'île, vêtue en garçon pour sa sécurité et sa crédibilité au travail. Ignorant tout du monde qui l'entoure, exceptée la réalité de la faim, Grace est rapidement rejointe par son frère Colly, qui s'est échappé. Les premiers jours de voyage vont cruellement marquer Grace, puisque Colly trouvera la mort dans un accident : le fantôme de son frère va alors la suivre en permanence, lui tenant compagnie tout en lui rappelant sa culpabilité.

Le monde que Grace affronte est infiniment dangereux. Face à la faim, le froid, les agressions, les vols, la misère, la souffrance, elle fait n'importe quoi pour survivre : tour à tour garçon vacher, ouvrière de chantier, voleuse, escroc... Au cours de ses péripéties, Grace rencontrera des compagnons d'infortune, honnêtes ou tourmentés, qui lui donneront la force de poursuivre sa quête.

Ce roman est impressionnant par le lyrisme qu'il dégage : plus la situation est noire, plus la langue sera vibrante et poétique, les phrases longues et enroulées. Loin d'être un récit purement romanesque, Paul Lynch (qui a reçu pour ce livre le Irish Novel of the Year Award) nous livre un roman d'apprentissage hautement littéraire, où l'on côtoie d'une même façon les plus grandes désespérances comme les plus fortes consolations.



Bibliographie