Chargement...
Chargement...

Home sweet home

1659_home-sweet-home
Une actualité de Fleur Aldebert
Publié le 30/08/2013

A.M. HomesSi les fêtes de fin d'année - tout comme les mariages et les enterrements... - constituent un beau prétexte à des réunions familiales par ailleurs de plus en plus espacées, on a tous eu le loisir de constater au moins une fois dans sa vie que c'était par la même occasion un moment assez propice aux révélations, annonces et autres scoops. En littérature, Tanguy Viel nous avait régalé l'année dernière avec son Paris-Brest, paru chez Minuit, dans lequel le narrateur rend visite à ses proches au moment de Noël avec pour unique cadeau un manuscrit aussi effroyable qu'explosif révélant l'histoire de cette famille pour le moins singulière. Dans Le sens de la famille, d'A.M. Homes (éditions Actes Sud), tout commence également au moment de Noël, quand la narratrice, alors âgée de 31 ans, s'absente pendant quelques jours de New York pour rendre visite à ses parents d'adoption à Washington. Dans la mesure où ils sont juifs, ils ne fêtent pas vraiment Noël, mais plutôt Hanouka, et encore... En ce mois de décembre 1992, donc, les parents d'Amy la font asseoir dans le salon avant de lui faire part d'une nouvelle inquiétante : il semblerait qu'après tout ce temps, sa mère biologique manifeste le désir de faire la connaissance de la fille qu'elle avait jadis abandonnée. En dépit des réticences de ses parents, Amy va faire la connaissance de cette femme au caractère si instable, véritable ouragan qui va tenter de s'imposer brutalement dans la vie de sa fille. Cette dernière va également découvrir quel genre de personnage est son père. Hésitant entre attraction et répulsion pour ces deux êtres diamétralement opposés sans qui elle a vécu jusque là, Amy va tenter d'en apprendre davantage sur les circonstances si mystérieuses de sa naissance, ce qui l'aménera finalement à reconstituer l'histoire de ses véritables parents.

Si toutes les vies ne sont pas nécessairement bonnes à raconter (ou à écrire), ce récit complètement autobiographique se dévore comme un roman. Ce livre est d'ailleurs tellement réussi sur le plan romanesque que l'on oublie dès la première page qu'il s'agit d'une histoire vécue, d'autant plus que l'activité d'écrivain d'Amy relève presque de l'anecdotique. Mais romancière, A.M. Homes l'est bel et bien, comme en témoigne son style travaillé et son ton à la fois ironique et acerbe que l'on avait pu découvrir l'année dernière dans  Ce livre va vous sauver la vie, également publié par Actes Sud. En un mot, c'est une véritable réussite !

F.A.

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (120)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !