Chargement...
Chargement...

Incision dans le réel

2347_incision-dans-le-reel
Une actualité de David V.
Publié le 24/11/2014

Corinne AtlanNous avions beaucoup aimé Le monastère de l'aube de Corinne Atlan qui nous apprenait ainsi qu'elle était non seulement une des plus importantes traductrices du japonais mais aussi une conteuse de talent. Murakami (Haruki et Ryu), Hitonari Tsuji lui doivent beaucoup en France mais il ne faudrait pas négliger son intérêt pour la poésie puisqu'elle a participé aux deux anthologies de haiku édités en Poésie Gallimard. C'est à ce titre qu'elle viendra demain au CAPC, dans le cadre de l'exposition BigMinis, pour une conférence intitulée "D'une minuscule incision dans le réel" où elle évoquera cette forme poétique connue pour être la plus brève au monde. Lisons ce qu'en dit l'annonce de la conférence :

"Le haïku opère dans la trame du réel une incision légère et précise qui ouvre sur de vastes profondeurs. La poétesse contemporaine Mayuzumi Madoka le définit comme « une poésie de la marge », Barthes le situait « au bord antérieur du langage » : réduit à l’essentiel, elliptique dans ses mots comme dans son écriture en idéogrammes, le haïku célèbre dans un presque silence l’empathie avec le vivant. Le ressenti de chacun se superpose à celui du poète, et une infinité d’échos peut s’épanouir, dans une marge que l’on appelle aussi le « ma ». Cet infime intervalle, à la fois temporel et spatial, entre deux choses, joue un rôle primordial dans les arts japonais, de la musique à la peinture et au théâtre nô. L’attention à l’espace vide, à l’infime, au détail, est aux sources mêmes du Japon, où le sens de l’esthétique s’est toujours développé en lien avec le « petit ».

Ce genre poétique passionne véritablement les français depuis quelques années si on en juge par le grand nombre de titres visibles dans les rayons, certaines collections s'y emploient même exclusivement. Mais trop de lecteurs manquent parfois des bases de ce qui n'est pas seulement un art du bref. On peut imaginer que Corinne Atlan saura faire partager sa connaissance intime de ce qui, pour nous, tiendrait plutôt et aussi d'un art de vivre. Rendez-vous donc demain mercredi 1 décembre à 19h au CAPC.