Chargement...
Chargement...

Indétronable Tournier

Une actualité de Angélique
Publié le 16/03/2016
http://i.s8.com.br/images/books/cover/img9/261809.jpg

Pouvant peut-être parler à une génération antérieure à celle d’aujourd’hui et ayant eu un franc succès à son époque, Le Roi des Aulnes de Michel Tournier est malgré tout une œuvre vibrante d’actualité qui remporte toujours l’adhésion des lecteurs d’aujourd’hui.

Ayant obtenu le prix Goncourt en 1970, Le Roi des Aulnes met en scène Abel Tiffauges, un homme en marge de la société dans laquelle il s’efforce d’évoluer, et pensant qu’un destin extraordinaire va s’ouvrir à lui.

Il est en effet mobilisé en 1939, est envoyé en Prusse-Orientale où sa personnalité atypique lui vaut d’une part le poste de sélectionneur de jeunes garçons destinés à être la fine fleur du IIIème Reich, d’autre part d’avoir acquis le qualificatif d’ « Ogre », prenant les enfants à leurs parents qui ne les revoient jamais.

A la fois complexe et ambigu, Le Roi des Aulnes , à la frontière entre le rêve et la réalité, est un appel aux symboles profonds de la mythologie germanique, (…ogre dévoreur d’enfants dans une ancienne légende germanique ) aux mythes, aux augures et à la manipulation des signes. Tout est signe, symboles et destin dans la vie d’Abel Tiffauges. Mais les signes ne se laissent pas dompter facilement, ils s’inversent, se travestissent, changent le bien en mal et le mal en bien, et se rassemblent en une impénétrable forêt de signes qui garde encore de son mystère longtemps après la lecture du livre.

Michel Tournier s’est plu à décrire des jeux de pistes infinis et à nous faire explorer tous les mythes depuis l’école jusqu’à une sexualité « non génitale » pour en faire un ouvrage qui tient à la fois de la philosophie, du mystère ( et du scandale ?).

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?