Chargement...
Chargement...

L'amour est aveugle

14535_l-amour-est-aveugle
Une actualité de Marilyn
Publié le 28/09/2015
fableMême si nous les ignorons, nous savons qu'ils sont là, à chaque coin de rue, sur les grilles d'aération du métro pour se tenir chaud, allongés sur les bancs publics crottés par les oiseaux. SDF, mendiants, nécessiteux, clochards, les synonymes abondent pour ces êtres humains que nous mésestimons. Soyons honnêtes, leur apparence nous met mal à l'aise et leur odeur nous répugne. Trop peu de gens vont à leur rencontre ou leur portent secours autrement que par la petite pièce trouvée au fond de la poche. Notre intention ici n'est pas de faire la morale bien sûr mais de vous parler de ce petit livre hors du commun qu'est Fable d'amour (éditions Verdier), l'histoire d'une rencontre écrite courageusement par Antonio Moresco. Un homme fou, depuis des années, dort dans la rue à l'écart des autres, refusant la charité ou de communiquer, ne tolérant que la présence d'un pigeon voyageur à l'aile blessée. Qui est-il ? Comment en est-il arrivé là ? Impossible pour lui de s'en souvenir. Son quotidien funeste fait fuir le temps. Le jour succède à la nuit, l'été à l'hiver sans qu'il s'en aperçoive vraiment, le défaisant de son identité, ne faisant de lui qu'une ombre parmi les ombres. Jusqu'à ce qu'elle le reconnaisse... Elle, c'est la jeune femme merveilleuse. Elle est belle, elle sent bon, on se retourne sur son passage. Sa présence est une joie, son contact un cadeau. Sans le connaître, elle lui tendra la main et contre toute attente, il acceptera de la prendre. Elle le lavera, l'habillera, lui redonnera vie. Nous voudrions que cet amour étrange dure à jamais, nous prouve que l'impossible est possible, mais ce livre est une fable, ne l'oublions pas. Un enfer attend ce couple parce que la vie est ainsi, parce que nous cherchons tous mieux que ce que nous avons, parce que tout a une fin. Mais lorsque la fin arrive justement, les règles changent et l'éternité impose sa loi. Antonio Moresco, auteur de La petite lumière, nous parle des frontières de l'amour et les franchit. A lire aussi, une autre fable exceptionnelle :Le puits d'Yvan Repila aux éditions Denoël : http://tinyurl.com/p3q45c6 A voir ou revoir : Antonio Moresco nous présente La petite lumière : https://youtu.be/t3lWHcz7ApE

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !

Emilie (118)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?