Chargement...
Chargement...

L'encre de Jaccottet

4509_l-encre-de-jaccottet
Une actualité de Véronique M.
Publié le 25/03/2016
"Je me redresse avec effort et je regarde : il y a trois lumières, dirait-on. Celle du ciel, celle qui de là-haut s'écoule en moi, s'efface, et celle dont ma main trace l'ombre sur la page.   L'encre serait de l'ombre. Ce ciel qui me traverse me surprend.   On voudrait croire que nous sommes tourmentés pour mieux montrer le ciel. Mais le tourment   l'emporte sur ces envolées, et la pitié noie tout, brillant d'autant de larmes que la nuit."  

Après la magnifique anthologie en deux volumes de la poésie du XXème siècle (parue en 2002 puis 2005 chez La Dogana) que Philippe Jaccottet consacra aux poètes francophones puis européens, Gallimard a eu l'excellente idée de publier directement en format de poche un large choix  de textes dans l'oeuvre abondante de cet auteur publié depuis plus de cinquante ans chez l' éditeur centenaire, et récompensé l'an passé par le prestigieux prix Schiller (voir notre blog) ou encore, quoique plus anecdotique mais symbolique, par son inscription en 2011-2012 au programme du bac de français. Et quoi de plus délicat et pertinent que de demander à l'intéressé lui-même de procéder à cette sélection qui embrasse tant ses poèmes que sa prose poétique, sans oublier la somme de notes consignées depuis 1954 dans les quatre carnets de La Semaison. Les six sections structurant ce florilège figurent bien entendu des jalons dans le parcours d'une vie vouée à la création,  mais révèlent autant de trouées de lumières sur laquelle l'ombre et le froid gagnent peu à peu, inexorablement.  Cependant rien ne semble entamer à plus d'un demi-siècle de distance  la contemplation de la nature arpentée dans sa retraite de Grignan. Son fascinant mystère qui accompagne les longues marches et les rêveries de ce voyageur infatigable relance interminablement l'étonnement et le désir d'y apposer des mots, à l'image de la "lumière incompréhensible" de fleurs rencontrées qui partagent alors le même langage que la poésie dont elles traduisent l'exact écho, la juste métaphore :  " Si elle était moins une énigme, elle éclairerait moins".

     

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !

Emilie (118)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?