Chargement...
Chargement...

L'enfant, l'institutrice et le boucher

2405_l-enfant-l-institutrice-et-le-boucher
Une actualité de Véronique D.
Publié le 19/03/2016

La boucherie des amantsTout chilien qu'il est, c'est dans un français très savoureux qui ne cesse de rappeler ses origines sud-américaines par sa sensualité et son outrance, que Gaetaño Bolan nous livre avec La boucherie des amants un roman aux allures de fable. Tout commence par la naissance d'un petit garçon aux yeux définitivement noirs qui jamais ne verront la lumière du jour : scène de sang et de douleur où sa mère laissera sa vie dans la souffrance. Le père du petit est le boucher du village, colosse fort en gueule qui par les manigances et la foi de son fils fera la conquête de la douce Dolores, institutrice de son état. Après quelques soirées d'intimité partagée, il lui révèle son secret : lui et quelques autres du village veulent mettre avec leurs faibles moyens un terme à la dictature de Pinochet ou du moins, montrer leur opposition en placardant des affiches dans les rues de la ville...

La boucherie des amants mêle sans cesse poésie quotidienne, tendresse et violence. Bolan dit la sourde révolte face à une dictature qui s'épuise mais montre encore son acharnement à contrecarrer la résistance en pratiquant des enlèvements, en terrorisant la population par ses représailles. La drôlerie se heurte à l'émotion la plus brutale, les scènes les plus touchantes, vibrantes de vie grâce à l'utilisation des personnages secondaires, butent contre une réalité devenue insupportable. Un premier roman court, tranchant, dénonciation sans appel de la dictature sous toutes les latitudes.

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !

Emilie (118)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?