Chargement...
Chargement...

L'enfer, c'est l'acier...

2504_l-enfer-c-est-l-acier
Une actualité de Fleur Aldebert
Publié le 19/03/2016

D’acierNous sommes en été 2001. Les tours jumelles du World Trade Center ne se sont pas encore effondrées et les Européens continuent de payer leurs achats en monnaie nationale. Yeux rivés sur l'île d'Elbe, ce pré carré des touristes fortunés, les habitants des barres de HLM de la via Stalingrado de Piombino (1) suivent le fil de leurs petites existences, accablés par la misère et les soucis. Les hommes travaillent pour la plupart à l'aciérie du coin, la Lucchini S.p.A. (2), qui fait figure de Béhémoth indomptable, à la fois objet de fascination et de répulsion. Les femmes sont employées chez les commerçants du coin, quand elles ne s'occupent pas des enfants à plein temps. Et des enfants, il y en a, des jeunes et des moins jeunes, les yeux pleins de vie et d'espérance, des tourbillons d'énergie à surveiller comme du lait sur le feu. Voilà le milieu qui voit grandir les deux personnages principaux de l'éblouissant premier roman de Silvia Avallone, intitulé D'acier (éditions Liana Levi). Affichant leur beauté de nymphettes sous les yeux de tout le quartier, "Anna et Francesca, treize-ans-presque-quatorze. La brune et la blonde" jouent non sans insolence avec l'inquiétude de leurs parents, la jalousie des autres filles moins gâtées par la nature et le désir des garçons plus âgés. L'une rêve de devenir Miss Italia et l'autre se verrait bien magistrate, avocate ou pourquoi pas présidente. Best friends forever, belles à en pleurer, elles semblent loin des crises identitaires des autres adolescentes, et des tracas des adultes, et pourtant, ces filles du feu rappellent une fois de plus qu'il ne faut pas se fier aux apparences. Soumises à la loi implacable des hommes de leur entourage (des lâches, des obsédés, des brutes et des truands...), élevées par des mères accablées par les responsabilités, nos deux jeunes filles vont devoir grandir plus vite que prévu.

Par le prisme de cette amitié fusionnelle, Silvia Avallone décrit la vie d’une cité ouvrière italienne avec un talent qui n’est pas sans évoquer des chefs d’œuvre de la littérature réalistes, notamment Les rapaces de l’Américain Frank Norris (malheureusement épuisé à ce jour). Car il est bien évident que tout ne repose pas sur leurs seules épaules. C’est en effet la vie d’un quartier entier, résidant dans ces barres de HLM avec vue sur mer, que l’on suit avec ferveur dans ce livre époustouflant. Véritable roman social, D’acier révèle le quotidien d’une classe prolétarienne souvent éclipsée derrière les clichés véhiculés par les cartes postales et les discours des hommes politiques, tant est si bien que Piombino fait plutôt figure de Pandemonium (avec la Lucchini comme Palais de Satan) que de paradis sur terre !

Vous l'aurez compris, ce jeune auteur, que l'on croit deviner derrière les traits de la timide Lisa, est à surveiller impérativement, car entre son rythme effréné au son des tubes de musique pop et sa grande maîtrise narrative, D'acier se révèle vite être un page-turner complètement obsédant auquel on aurait bien tort de résister...


(1) Si la ville portuaire de Piombino existe bel et bien, inutile d'y chercher la via Stalingrado, qui a été imaginée pour l'occasion...

(2) Créée après la Seconde Guerre Mondiale, l'usine Lucchini S.p.A. compterait aujourd'hui environ 2500 employés, ce qui la place parmi les employeurs les plus importants de la région.

F.A.

 

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?