Chargement...
Chargement...

L'homme de ma vie

14415_l-homme-de-ma-vie
Une actualité de Emilie
Publié le 24/08/2015

passion« Je ne veux pas d’une passion ». Voilà ce qu’assène un garçon à la narratrice au début du roman.

L’homme quitte la table du café où le couple est attablé, laissant notre héroïne face à elle-même. Dans la brume que provoquent les effets du champagne qu'elle boit coupe sur coupe -parce qu'il ne faut pas se laisser abattre, tout de même-, des bribes de souvenirs affluent.

La narratrice revient sur leur première rencontre : la tenue qu'elle porte, évidemment inadaptée à la circonstance -pas assez chic-, les différentes tentatives d'approche, la bulle qui finit par se créer entre eux... Suivent ensuite d'autres épisodes, autant de petites facettes qui  donnent la couleur de cette histoire d'amour : Une surprise à l'aéroport, des projets de vie à deux, un voyage en amoureux où les promesses d’idylle ne tiennent plus vraiment ...

Face à cette mosaïque, un autre fil de souvenirs  vient se calquer, celui de l'enfance de l'héroïne, une enfance marquée par une figure imposante, premier homme dans la vie d'une petite fille : le père. Un homme aux mains imposantes, à la joie de vivre et à la fantaisie communicatives, mais qui porte aussi en lui ses propres failles.

Diane Brasseur croise les portraits et fonctionne par instantanés : en quelques phrases, elle campe un décor et décrit une situation où l’émotion affleure toujours. Une plume évidemment cinématographique -lorsqu'elle n'écrit pas, l'auteur est scripte pour le cinéma, ce qui n'est pas un hasard- et une vision du couple et de la vie parfaitement juste.

On attendait avec grande impatience le second roman de Diane Brasseur après le très remarqué Les Fidélités, paru chez Allary. Le défi est ici relevé haut la main.

Pour en savoir plus sur le premier roman de Diane Brasseur, vous pouvez lire l'article que nous lui avions consacré à sa sortie.

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !