Chargement...
Chargement...

L'inconnue du Père-Lachaise

14720_l-inconnue-du-pere-lachaise
Une actualité de Marilyn
Publié le 16/11/2015
leilah-mahi-1932-682909-250-400Si les cimetières sont des lieux de recueillements, ils suscitent aussi la curiosité des simples passants. Le Père-Lachaise reçoit tous les ans son lot de visiteurs venus parcourir les allées à la recherche de leurs idoles ou les découvrir comme par surprise au détour d'un chemin. Didier Blonde, lui, délaisse les sépultures d'Oscar Wilde, de Honoré de Balzac ou encore d'Alfred de Musset pour s'intéresser à celle d'une inconnue : Leïlah Mahi, la photographie apposée sur son columbarium l'ayant particulièrement ému. "Ses grands yeux qui brillaient d'un éclat hypnotique, celui de la passion ou de la folie. Sa pose de femme fatale, provocante, à moitié découverte, presque indécente dans cette nécropole." Un prénom, un nom et une date de décès, voilà les seuls indices dont il dispose pour mener son enquête et raconter la vie d'une personne qu'il pense ignorée de tous. Quelle n'est pas sa surprise lorsqu'il s'aperçoit que de nombreux internautes se sont déjà interrogés ! Cependant, aucun n'est allé plus loin que de se poser la question, permettant à l'auteur de découvrir ce que nul n'est allé chercher. Leïlah Mahi 1932 (éditions Gallimard) est le résultat d'un travail de longue haleine qui aurait pu ne jamais voir le jour. Si le sujet nous captive autant que le regard de la femme sur la photographie, nous l'apprécions encore plus pour la plume de Didier Blonde et son magnifique hommage à J.B. Pontalis en début d'ouvrage.

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !

Emilie (118)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?