Chargement...
Chargement...

L'Île Equinoxe

1684_l-le-equinoxe
Une actualité de Karine G.
Publié le 16/03/2016

fanchetteleclezio.jpg

 

 L'Ile Equinoxe de Jean Fanchette rassemble  les différents recueils composant l'intégrale de son oeuvre poétique (de 1951 à 1991).

 

 Dans sa superbe préface, Jean-Marie Gustave Le Clézio dessine des parallèles entre Fanchette et Rimbaud  : le voyage,  l'exil, la vie vécue comme une aventure, la mémoire de l'enfance, l'absolu de la poésie, la quête d'une langue... "La parole de Jean Fanchette, malheureusement, a été interrompue - comme celle de Rimbaud - trop tôt.  Sa parole reste en suspens. Et c'est peut-être ça qui est le plus émouvant dans la lecture de ces poèmes.  C'est qu'il y a justement la remise en question de la poésie sur elle-même, la pensée qui ne s'achève pas, le mouvement qui ne connaît pas de fin, la vie qui n'a pas de destination finale".

 

L'île Maurice, lieu de la naissance, fondatrice, rayonne comme un soleil au coeur de l'oeuvre.  En se promenant parmi les mots de Jean Fanchette, le lecteur découvrira au creux des pages  des splendeurs de paysages,  des lumières, des arbres, des oiseaux, des silences, des pierres, des coquillages, des naufrages,  rêvera à des douceurs nostalgiques, des temps arrêtés, des pluies salées, des brûlures, des archipels et des voix très anciennes, des musiques suspendues... Imprimée sur la page, la voix du poète résonne comme un chant dans le silence. Ecoutez. Lisez.

 

Vous viendrez, le temps défaisant le  chant des coqs rouges,

Vous viendrez.

Dans l'ombre vieille ensemble nous épellerons

Les dures syllabes de mourir.

 

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !