Chargement...
Chargement...

La dame à la camionnette d'Alan Bennett

10529_la-dame-a-la-camionnette-d-alan-bennett
Une actualité de Marilyn
Publié le 17/02/2014
Dans les années 1970, dans une rue tranquille de Camden Town était stationnée la camionnette de l'excentrique Miss Shepard. Inutile de préciser que son véhicule et son attitude détonnaient dans ce quartier aisé de Londres, mais des âmes charitables, comme Alan Bennett, l'ont acceptée et aidée. Ce n'était pourtant pas facile tous les jours de côtoyer cette personne qui vous accaparait sans crier gare ou vous rejetait d'un cri, de voir ses tenues aux couleurs criardes et surtout de sentir l'odeur qui en émanait. Pour bien vous représenter cette personne, il suffit de connaître l'intérieur de son véhicule : enseveli de vêtements qui n'ont pas été déplacés depuis des années et tous recouverts d'une bonne couche de talc. Un jour, la municipalité décide d'interdire le stationnement dans cette rue. Pour la dépanner, l'auteur propose de pousser sa camionnette dans son jardin, un service qui se transformera en une étrange cohabitation qui durera près d'une vingtaine d'années... A partir de notes relevées dans un journal, La dame à la camionnette (éditions Buchet-Chastel) nous raconte avec humour et émotion l'histoire de cette femme mystérieuse qui a toujours refusé de dévoiler son passé, qui commençait toujours ses phrases par "selon toute vraisemblance" et qui était persuadée d'être la seule à pouvoir améliorer le monde au point de demander de l'aide à Bennett pour écrire une lettre à Margaret Thatcher afin qu'elle lui donne de hautes responsabilités. En clair, une femme insupportable, mais inoubliable.  

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !

Emilie (118)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?