Chargement...
Chargement...

La rue des Voleurs de Mathias Enard

6370_la-rue-des-voleurs-de-mathias-enard
Une actualité de Marilyn A.
Publié le 29/05/2013

Passer son temps à parler de tout et de rien avec un copain devant un soleil couchant, rêver de s'évader, de partir loin de cette terre qui n'apporte rien à ses occupants, fantasmer sur les seins des jeunes filles qui passent... La jeunesse est un plaisir de tous les instants, les bêtises jamais insurmontables et la maturité une notion vague qui vient nous frapper sur le coin de la tête au moment où nous nous y attendons le moins. Pour Lakhdar, l'indépendance ne sera pas synonyme de liberté, mais le souvenir du jour où ses parents l'ont renié lorsqu'ils l'ont surpris dans un moment d'intimité avec sa cousine qu'il aimait tant. Devenu mendiant, il arpente les rues de Tanger jusqu'à ce que son ami Bassam lui trouve une place de libraire à la Diffusion de la Pensée coranique dirigée par le Cheikh Nouredine, un homme qui fait des révolutions arabes sa principale préoccupation.

Notre jeune protagoniste revient sur cette période faite de bombes, de règlements de compte et de corps ayant fait naufrage sur la plage, étonné d'avoir surmonté toutes ces épreuves. A tout juste 20 ans, son monde s'est écroulé. Son ami d'enfance, si rieur et tête en l'air, se transforme en brute en quête d'une vengeance incompréhensible. Comment le croire ? Comment le tolérer ? Bien heureusement, ses lectures - en particulier celles de la collection Série Noire des éditions Gallimard - et la belle Judith, une espagnole éprise de la langue arabe, sont là pour l'éloigner quelques instants de toute cette folie qu'est devenue sa vie.

Le parfum de la Révolution et la lutte des Indignés rythment le dernier ouvrage de Mathias Enard dont le style n'est pas sans rappeler celui des romans de gare auxquels il a voulu rendre hommage. Son personnage nous entraîne tour à tour au Maroc, en Tunisie, en Espagne et enfin dans  la Rue des Voleurs (éditions Actes Sud) qui restera dans nos mémoires comme le témoignage de cette période proche de l'actualité dont les conséquences sont encore à voir venir.

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (128)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (122)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !