Chargement...
Chargement...

La Sauvagerie récompensée

2021_la-sauvagerie-recompensee
Une actualité de David V.
Publié le 21/09/2013

Christophe PradeauTrois heures de combat ? Non, trois heures de discussion autour de mets raffinés pour élire le nouveau lauréat du Prix Lavinal - Printemps des Lecteurs. Les jurés avaient manifestement sérieusement planché, chacun muni d'un cahier de notes avec arguments et citations prêts à être dégainées pour défendre ses favoris. Autour d'un repas fin comme un chapon, à la table de Jean-Michel Cazes, Anne, Michelle, Hélène, Jocelyne, Jean-Pierre, Cyril, Florian, Marina, les jurés, n'avaient qu'un but : terminer la soirée avec un nom, un seul et en écarter cinq... Certains avaient pris le parti d'attaquer d'entrer de jeu, de poser les bases de leurs choix, voire de dézinguer avec constance ceux qui leur semblaient faire obstacle à leur préféré. D'autres semblaient prêts à dévider une longue argumentation ou à rebondir sur les remarques des voisins. Si un livre au moins a eu à subir les foudres des impitoyables lecteurs, les autres candidats ont chacun trouvé quelqu'un pour les défendre. Mais la règle était sévère pour un scrutin à deux tours : ne pas se tromper au premier pour ne pas voir disparaître un candidat sérieux. Quand le seau à Champagne a circulé pour recueillir les bulletins, le silence était attentif. Le résultat a été surprenant : une voix pour Pascale Gautier (celle des votants de l'urne), une pour Elisabeth Filhol, une autre pour Kethevane Davrichewy, trois pour Fabio Viscogliosi, et trois enfin pour Christophe Pradeau. Le jaune et le vert se retrouvaient donc en finale. L'ambiance était électrique, quelques mines renfrognées signalaient des déceptions qu'il faudrait surmonter au tour suivant. Avec désormais huit votants, il y avait un risque d'ex-aequo, situation inattendue qu'un votant anonyme dénoua en...refusant de trancher, preuve qu'un vote nul peut régler une situation. C'est donc Christophe Pradeau(en photo sur ce billet), célébré avec ardeur et conviction par plusieurs jurés persuadés que son livre ne ferait pas qu'une saison, qui l'emporta, devenant ainsi le quatrième lauréat de ce prix instauré par les libraires de Mollat en partenariat avec Lynch-Bages et France 3 Aquitaine.

Ce matin l'éditeur a été prévenu : Colette Olive dirige la maison Verdier et nous a remerciés avec vigueur pour ce choix transmis à Christophe Pradeau qui a accepté pour notre plus grande joie de venir jeudi 3 juin prochain au village de Bages pour la remise de son prix avant, le lendemain, de participer à une conférence à la librairie, une conférence exceptionnellement menée par une libraire qui se demande encore comment elle a pu proposer cette terrible mission...  A suivre donc...

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !