Chargement...
Chargement...

La singulière saveur du livre d'été

8921_la-singuliere-saveur-du-livre-d-ete
Une actualité de Marie
Publié le 05/08/2013

http://www.mollat.com/cache/Couvertures/9782879297804.jpgLe jour de ses 9 ans, Rose Edelstein mord avec appétit dans le gâteau que lui préparé sa mère, un délicieux gâteau au citron glaçage chocolat que la petite a spécialement demandé.

A la première bouchée, un goût inconnu pointe au fond de sa bouche. A la deuxième bouchée, déferlent sans crier gare une cacophonie d'émotions étrangères. La petite fille comprends qu'à la génoise, la crème, le fondant du glaçage se sont ajoutées, comme ingrédients surprise, les émotions de la cuisinière. Sous la douceur sucrée, la petite fille ressent la solitude et le désespoir éprouvés par sa mère lors de la préparation.

Elle s'effondre en larmes, s'étouffe avec des regrets qui ne sont pas les siens. Pire que tout, la réalisation que ce handicap va l'accompagner le reste de sa vie jette une ombre sur son cœur. A qui parler ? Sa mère, qui lui avait toujours paru forte et bourrée de talent, se sent définitivement seule, son père est fuyant, et son frère tellement discret qu'il lui arrive parfois de disparaître. Que faire lorsque vous sentez que le boulanger déteste son travail lorsque vous mordez dans un cookie, sinon vous nourrir uniquement de nourriture industrielle? Fabriquée par des machines sans émotions, elle lui permettent un petit répit gustatif et émotionnel.

Au fur et à mesure qu'elle grandit, elle soupçonne qu'elle n'est pas la seule membre de sa famille à avoir développé un don. Odorat surpuissant ou capacité de se fondre complètement dans le décor, chacun doit apprendre à vivre avec son super-pouvoir, qui présente bien plus d'aspects négatifs que positifs. Rose s'arrange avec son empathie, dissimule ce qu'elle apprend et connait dans le même temps les tumultes adolescents. Sa plus grande hantise: goûter un plat qu'elle aurait entièrement préparé.

Roman initiatique et familial, Aimee Bender réalise une jolie métaphore sur l'adolescence, et sur le chemin des enfants dans leur appréhension progressive du monde des adultes. Avec fantaisie, humour et émotions en tous genres, nous suivons l'évolution de Rose jusqu'à l'acceptation de son handicap , non sans mal, à l'âge adulte.

La singulière tristesse du gâteau au citron, une douce lecture pour accompagner votre été, à découvrir aux éditions de l'Olivier.

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !