Chargement...
Chargement...

La Survivance, Claudie Hunzinger

13261_la-survivance-claudie-hunzinger
Une actualité de Anaïs
Publié le 15/12/2014
83.5.10tif300Alors que le temps de soleil sur nos crânes s'amenuise, que les haleines s'épaississent en voiles bleutées le matin, alors que l'hiver s'installe et que chacun rentre un peu mieux en lui-même, apparaît, tout à coup, une petite percée. Comme les ours qui, à l'hibernation, ralentissent leur rythme cardiaque, nos cœurs battent moins vite à la sortie de novembre, leur tempo se fait plus sourd, se protège des grands éclatements. On se prépare à dévaler décembre, ses fêtes, ses excès, jusqu'au premier matin de janvier où, nus sous la couverture, nous allons devoir ouvrir un oeil sans pouvoir s'empêcher de se dire : et maintenant ? et demain ? vosgesLa Survivance raconte la vie de Jenny et Sils, libraires d'occasion contraints de quitter leur "danseuse" parce qu'ils ne sont pas propriétaires, et que le succès de sites de vente en ligne a trop goulûment grignoté la petite place qu'ils s'étaient faite depuis 40 ans. A 60 ans, ces deux "vauriens", pas doués pour la vie matérielle, vont devoir tout recommencer. Choisir quelques livres, emmener Betty, la chienne blonde, et quelques affaires utiles à la Survivance, "une maison qui nous appartenait encore car impossible à vendre, n'ayant pas été classée constructible au moment du plan d'occupation des sols. Son affectation était celle d'une "grange". Elle se trouvait dans le Parc des ballons des Vosges. [...] Retourner là-haut, m'a répondu Sils, comme s'il n'avait plus rien à voir avec sa jeunesse ! Tu n'es pas optimiste, tu es folle, Jenny! Nous envoyer à 1000 mètres!". aby_warburgMêlant le récit des entreprises quotidiennes pour rendre à peu près habitable la grange à quelques touches joyeusement érudites - Aby Warburg, Cranach l'ancien, Bolano, Robert Filliou, Dürer, Matthias Grünewald, Antonin Artaud....- Jenny attrape à pleines mains mais avec une délicatesse infinie cette vie nouvelle. Elle raconte Sils "anguleux, abrupt, juste et pur" son pessimisme et son corps décharné de grand oiseau. Elle évoque ses années d'étudiants fauché, ses heures de stop pour aller à Paris visiter les librairies, mais où un jour un libraire, un certain Marcel Béalu fou de Blaise Cendrars, le laisse partir avec l'oeuvre complète de l'écrivain voyageur sous le bras, à crédit. Sils reviendra payer sa dette un an plus tard, Marcel dira : "Je savais que vous reviendriez". La voix de Jenny est une voix familière : nous connaissons tous, autour de nous des Jenny et des Sils, des babyboomers, libres, curieux, sans un rond mais des bouquins partout dans la bicoque, un peu tête en l'air et sauvages, imperméables au cynisme, des enfants avec des pattes d'oies au coin des yeux. Son intelligence, son extraordinaire sensibilité et sensualité, ses émerveillements, sa curiosité pour les bêtes et les plantes, vous attachent tellement à elle qu'en refermant le livre vous avez le sentiment d'avoir été Jenny -surnom donné par Sils d'après La fiancée du pirate de Bertolt Brecht. Impossible ici de retracer toutes les références à l'art, à l'Histoire, à la science, à la littérature, impossible de résumer l'univers de ce couple magnifique, et leur quotidien spartiate. Ce livre vous fait explorer les ramifications, les rhizomes de Jenny et Sils, et si vous avez internet à portée de main -ce que je vous recommande- vous verrez apparaître les œuvres et les biographies invoquées dans le récit. claudie-hunzinger_571598La Survivance emprunte sûrement beaucoup à la propre vie de Claudie Hunzinger, écrivain, artiste, qui à un moment de sa vie, démissionna de l'Education nationale pour vivre avec son compagnon, berger, dans une ferme des Vosges. Une formidable découverte dont la liberté vous hante, un livre précieux!      

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !

Emilie (118)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?