Chargement...
Chargement...

Le dernier testament de Ben Zion Avrohom de James Frey

4304_le-dernier-testament-de-ben-zion-avrohom-de-james-frey
Une actualité de Marilyn A.
Publié le 30/08/2013

C'était un homme comme les autres jusqu'à l'accident. Ben Zion, dit Ben Jones, travaillait comme vigile sur un chantier. Il était apprécié de tous ses collègues. Il vivait dans un quartier pauvre. Les habitants de l'immeuble se méfiaient de ce blanc qui se mélangeait à leur communauté. Il dépensait tout son salaire dans les boites de strip-tease et dans l'alcool. Beaucoup ont profité de son ivresse pour lui voler tout son argent. En revanche, Ben Zion est différent. Depuis sa naissance, les rabbins savaient qu'il aurait une destinée extraordinaire. Cela n'a jamais contenté son frère qui l'a chassé de la maison et interdit de rester en contact avec ses proches. Alors, il est parti et a changé de nom pour ne pas que sa mère soit tentée de le chercher et de subir les corrections de son grand fils qui dit agir dans l'intérêt de la religion. C'est alors que notre héros survit miraculeusement à un accident qui lui laissera de nombreuses traces, notamment des cicatrices sur tout le corps, mais surtout lui permettra d'entrer en contact avec Dieu. Ainsi, les langues anciennes et les textes saints ne lui sont pas inconnus et il détient toutes les réponses que l'homme aimerait obtenir depuis la nuit des temps. Au bout du compte, tous les miracles qu'il peut accomplir ne sont rien comparé à son message. Ce n'est pas la guerre, ni le gouvernement ou les institutions religieuses qui mènent l'humanité à sa perte, mais l'homme lui-même et pour éviter la catastrophe, la seule solution est l'amour. Dans Le dernier testament de Ben Zion Avrohom, publié aux éditions Flammarion, on peut croire que la religion est au centre du roman, mais il faut savoir lire entre les lignes et apprécier la grande humanité dont l'auteur, James Frey, fait preuve ainsi que la belle leçon de solidarité qu'il nous offre.

Bibliographie