Chargement...
Chargement...

Le double effet Edgar Menthe

2146_le-double-effet-edgar-menthe
Une actualité de Céline
Publié le 18/03/2016

Ce n'est pas une nouveauté mais Le Fabuleux destin d'Edgar Mint de Brady Udall, c'est de la dynamite ! 500 pages que j'ai lues frénétiquement. Vous allez donc y découvrir un garçon Edgar Mint, à l'existence hors du commun. Le petit Edgar a un très mauvais karma : enfant non désiré, il a vu le jour neuf mois après une amourette entre une jeune indienne bien naïve et un apprenti cow-boy looser qui s'enfuit dès qu'il apprend l'heureux événement. Sa mère pour supporter cette grossesse aussi douloureuse physiquement que psychologiquement, sombre dans l'acoolisme. Mais le récit commence réellement le jour où un facteur lui roule sur la tête. Il a 7  ans. Tout le monde le croit mort mais il est sauvé par un docteur déjanté, Barry, à l'hôpital Sainte-Divine. Il s'en sort avec chance mais garde quelques séquelles comme le fait de ne pas pouvoir écrire. Il utilise une machine à écrire, témoin de ses moindres états d'âme. Quatre parties, quatre lieux où Edgar essaie de se construire. Entre Sainte Divine, le pensionnat hyper violent Willie Sherman et la famille mormone de Richland, on l'accompagne dans sa quête d'amour. Car son parcours est  chaotique, semé de belles rencontres et d'obstacles souvent cruels.  Le lecteur découvre avec lui le monde ingrat des adultes, leur instabilité, leurs dépendances,  et la violence des mots et des maux.  Il  passera toutes ces étapes avant de trouver une certaine forme de paix intérieure simple et enfantine. C'est un intrigant roman d'apprentissage à l'envers. Une découverte atypique.

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !