Chargement...
Chargement...

Le fou de Hind - Dutheil

hind.jpg
Une actualité de Lucie
Publié le 18/08/2018
Comment savoir, Layla ? - si je le sais un jour -, / Dans tous ces cheveux blancs qui couronnent ma tête, / Où sont ma part, ta part, et celle de l'amour ?
Le titre résonne peut-être en vous comme un écho : celui d'un texte familier, Le Fou de Laylâ, histoire populaire d'origine arabe dans laquelle un jeune poète tombe fou amoureux d'une femme et chante tout haut son amour, enfreignant ainsi le code bédouin et condamnant son rêve à ne jamais voir le jour.

D'amour et de secrets, il en sera question dans le premier roman de Bertille Dutheil, qui ne nous emmène non pas dans des déserts pleins de légendes mais en pleine banlieue parisienne. Lydia vient de perdre son père, Mohsin, qui quitta l'Algérie pour la France au début des années 70. Elle ne peut dire qu'elle connaît bien cet homme qui devint père tardivement, et c'est avec beaucoup de surprise qu'elle découvre une lettre lui étant adressée, où Mohsin s'accuse de la mort de quelqu'un. Accompagnant ce courrier, une série de clichés argentiques d'une enfant aux cheveux noirs : Hind.

Bertille Dutheil nous emmène alors dans un tourbillon de témoignages de personnages ayant connu cet homme, et particulièrement ceux qui vécurent avec lui, à son arrivée en France, dans une bâtisse délabrée affectueusement surnommée « Le Château » aux abords de Créteil. Un rêve communautaire pour ces immigrés qui tous, quittent un monde qui les a trop fait souffrir. Peu à peu, la personnalité de Hind sera révélée, ainsi que celle de Moshin. Il est impossible d'en dire plus sans gâcher la trame intelligente et dense de ce récit à la fois poétique et tragique.

C'est un roman de passion et de souffrances, d'espoir et de misère, qui explore les limites de l'amour et de la loyauté. L'auteure insuffle un très beau souffle romanesque a son récit, à travers une série de portraits prenants et réalistes. Une très belle découverte que nous vous invitons fortement à lire.

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (131)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (126)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !