Chargement...
Chargement...

Le jour où Nina Simone aura cessé de chanter

15216_le-jour-o-nina-simone-aura-cesse-de-chanter
Une actualité de Emilie
Publié le 28/01/2016

bojanglesNina Simone est décidément une chanteuse qui inspire les écrivains d'aujourd'hui. On pense à la biographie littéraire que lui avait consacrée Gilles Leroy en 2013 - Nina Simone, roman, publié au Mercure de France - ou encore au remarquable récit de Darina Al Joundi sur son enfance au Liban intitulé Le jour où Nina Simone a cessé de chanter. Voila que le primo romancier Olivier Bourdeaut choisit quant à lui de rendre hommage à l'un des titres phares de la chanteuse américaine en signant En attendant Bojangles.

Ce livre raconte l'histoire d'un amour fou. Un amour qui ne connaît ni trêve, ni demi-mesure, et qui est évidemment l'ennemi du quotidien. Si l'homme est affublé d'un prénom, Georges, la femme au contraire en possède des centaines - prénoms qui sont autant de mots doux que lui invente son époux. Autour d'eux évoluent une foule d'amis - dont un sénateur surnommé sympathiquement "l'ordure" par le couple - un grand oiseau domestique et un enfant, qui est aussi le narrateur du roman. De leur grand - que dis-je, immense - appartement à leur château en Espagne, nous suivons ainsi leurs tribulations où tout n'est que fêtes,  plaisirs et gaieté.

Ce roman que les éditions Finitude viennent de publier, on l'aborde sur le rythme langoureux que nous impose la chanson de Nina Simone, mais très vite, ce sont d'autres images qui viennent à nous : comment ne pas penser à L’Écume des jours ; à la description de cet univers si fantasque - un monde où l'on danse sans cesse, où le carrelage noir et blanc du salon permet des parties de dames grandeur nature et où le buffet transformé en jardinière géante n'a rien à envier au fameux "pianocktail" du roman de Boris Vian ! Si on interroge l'auteur, il nous dit volontiers s'être inspiré d'un couple mythique de la littérature, les romanciers Scott et Zelda Fitzgerald, dont l'amour comme les frasques ont marqués les esprits.

Il est vrai que les époux inventés par Olivier Bourdeaut se caractérisent par un certain goût pour la démesure et par une vraie folie. Une folie douce, joyeuse, qui contamine les personnages - hormis la maîtresse et le contrôleur des impôts! - mais dont l'éclat se fane peu à peu à mesure que le temps passe, que l'argent s'amenuise et qu'une autre folie, bien plus noire et plus profonde, vient s'imposer dans l'esprit de notre héroïne.

Amoureux de littérature, de bons mots et d'amour (évidemment), ce livre est fait pour vous ! En attendant Bojangles  brille d'un éclat particulier dans la foule de romans qui viennent de sortir ces temps-ci : joyeuse, fantaisiste, mais aussi poignante et nostalgique, voilà une lecture parfaite pour rompre avec la noirceur ambiante et pour s'évader dans un monde fabuleux ...

Olivier Bourdeaut sera parmi nous mercredi 3 février à 18h ! L'occasion d'en savoir un peu plus sur ce qui inspire et anime un écrivain aussi talentueux !

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !