Chargement...
Chargement...

Le magicien de la finance de R. K. Narayan

7898_le-magicien-de-la-finance-de-r-k-narayan
Une actualité de Marilyn
Publié le 05/04/2013
On dit bien souvent que l'argent ne fait pas le bonheur mais, sans lui, Margayya ne serait rien. Cet homme d'affaire qui n'a pu compter que sur lui-même pour se faire une place dans le monde n'en est pas moins un escroc. Installé à l'ombre d'un banian devant le Crédit Coopératif, il propose des prêts aux pauvres gens à des taux qui défient toute concurrence. Son affaire marche bon train jusqu'à ce que son fils, à qui il voue un amour illimité, le ruine par caprice. Cependant, il n'est pas dans les habitudes de notre antihéros de baisser les bras, aussi va-t-il rebondir de la manière la plus étonnante qui soit : honorer la déesse Lakshmi plusieurs jours durant, utilisant ses dernières économies et obligeant sa famille à se priver, afin qu'elle lui apporte la prospérité. Ses prières le mèneront sur le chemin du seul sociologue de l'Inde, Pal, qui lui échangera un manuscrit contre tout ce qu'il possède sur lui, c'est-à-dire pas grand chose. Si Margayya hésite c'est que le livre en question n'est pas respectable, quoi qu'en dise l'auteur. Dans l'intimité du lit - qui changera de titre au profit de Harmonie conjugale - se revendique comme un ouvrage d'apprentissage. Difficile de convaincre un homme qui voit déjà le déshonneur tomber sur les siens, mais pas impossible car Pal à la solution (une solution qui fera rire n'importe quel libraire ou éditeur) :
"Allez trouver un imprimeur et demandez-lui d'en tirer un certain nombre d'exemplaires. Puis faites savoir au public que le livre est prêt et l'on viendra vous l'acheter. Ce n'est pas plus compliqué que ça. C'est le travail le plus facile qui soit."
Tout se passe à merveille (aussi puritaine soit une société, le sexe fait vendre, c'est bien connu) et Margayya s'enrichit, mas attention car ce qui a fait notre fortune peut la reprendre un jour. Et oui, le monde de R.K. Narayan n'est pas un long fleuve tranquille. Usant du conte philosophique, une morale bien servie nous attend au tournant, mais toujours avec humour et finesse. Disparus en 2001, R. K. Narayan est injustement méconnu des lecteurs français alors qu'il est très certainement l'une des voix majeures de la littérature indienne. Nous nous en étions douté avec Le guide et la danseuse (voir notre blog) paru précédemment et Le magicien de la finance (Zulma éditeur) ne fait que le confirmer.

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (129)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (122)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !