Chargement...
Chargement...

Le môme, le shérif et les truands

10013_le-mome-le-sherif-et-les-truands
Une actualité de Marie
Publié le 15/10/2013
http://www.mollat.com/cache/Couvertures/9782350872322.jpgDurant cette rentrée littéraire, on pourrait dire que le Western est à l’honneur : Bruce Holbert et ses Animaux Solitaires – déjà chroniqué par nos soins - pour le polar chez Gallmeister, Céline Minard avec Faillir être flingué chez Rivages, et Norman Ginzberg avec Arizona Tom. Ce dernier, premier roman d’un auteur franco-américain, est paru chez les éditions Héloïse d’Ormesson. Ocean Miller est le distingué shérif d’un hameau isolé quelque part dans l’Arizona de la fin du XIXème siècle, où « même les couchers de soleil sont indignes de l’Ouest américain. ». Il a connu bien des aventures, surtout des mésaventures, à vrai dire, notamment à cause des femmes. Mais il fait régner l’ordre dans le comté, et comme il le dit lui-même, « il faut bien que quelqu’un s’y colle ». Il se remémore l’affaire la plus marquante de sa carrière. C’est qu’il en  avait vu, M. Miller, dans sa vie de shérif, mais des gosses de 12 ans traînant un cadavre décapité et démembré en plein cagnard, ça, jamais. C’est de cette façon que le shérif va faire la connaissance de Tom, un garçon sourd-muet qui a tout du coupable idéal. Pour tout le monde à Brewsterville, cela ne fait aucun doute. Le détestable maire cherche depuis des années une bonne raison pour virer Miller : déjà, il ne l’aime pas. Mais en plus, il prend  son petit penchant pour les boissons fortes pour de l’alcoolisme affirmé. Deux très bonnes raisons pour le virer. Il voit donc dans cette affaire une occasion de réaliser ses rêves de mesquinerie les plus fous. En effet, Ocean est le seul à soutenir mordicus le jeune garçon, et va donc chercher par tous les moyens à prouver son innocence, d’autant plus que cela lui permettrait de redorer un peu son blason. Une relation étroite se noue avec Tom, et notre shérif impertinent se verrait bien finir ses jours avec lui dans le rôle du fils aimant et dévoué. Ils vont prendre la route, pour parcourir le désert à la recherche du coupable, sur fond de chasse au trésor, à savoir une caisse remplie de bijoux abandonnés par de riches voyageurs. Trouveront-ils le coupable ? Peut-être, mais ne vous attendez pas à avoir le fin mot de l’histoire avant la toute dernière page. Le western que nous propose Norman Ginzberg est drôle, terriblement insolent et bourré d’humour. Surtout, Ocean Miller est un anti-héros pour un anti-western. Des personnages hauts en couleurs, des putains au grand cœur, des gâchettes sensibles, des Indiens pour le moins doués en négociation, en bref, tous les éléments pour un roman parodique acidulé et divertissant. A lire avec un chapeau de cow-boy et un bon petit remontant !

Bibliographie