Chargement...
Chargement...

Le nectar de Jacques Abeille

no_media
Une actualité de David V.
Publié le 24/11/2014

Sans doute l'éditeur a-t-il un peu exagéré le côté livre maudit des Jardins statuaires de Jacques Abeille qui reparaît en cette rentrée mais au jeu du marketing tout est permis quand il s'agit de promouvoir une oeuvre d'importance trop longtemps ignorée. Car ce gros roman de l'écrivain bordelais mérite qu'on oublie les épisodes malheureux de sa diffusion passée pour se concentrer sur les lignes qui le composent et qui forment un univers totalement unique dans le paysage littéraire français contemporain. La presse s'est enfin réveillée et en a souligné l'ambition et la singularité. Il nous paraissait évident que la présence de l'auteur dans nos murs, qui plus est renforcée par celle, prestigieuse du grand dessinateur François Schuiten qui, conquis par le roman de Jacques Abeille, en est devenu l'illustrateur ou l'interprète, s'imposait. Les mers perdues est d'ailleurs né de cette belle rencontre organisée par l'éditeur enthousiaste. Vous pourrez donc retrouver sur nos podcasts la conférence que suscita cette sortie et, petit supplément d'âme, découvrir les images de Jacques Abeille et François Schuiten qui ont accepté de parler devant notre caméra. Qu'ils en soient ici remerciés, l'épreuve n'est pas si aisée.

 

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (125)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (121)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !