Chargement...
Chargement...

Le "nouveau Vargas": un roman incertain ?

303_le-nouveau-vargas-un-roman-incertain
Une actualité de Véronique M.
Publié le 15/03/2016

un-lieu-incertain.jpg La nouvelle était annoncée depuis quelques semaines, le monde se presse depuis le 25 juin pour s'emparer du "nouveau Vargas" qui s'annonce comme l'un des romans de l'été en passe de concurrencer les amateurs du fameux Millénium. Car qui aura l'audace de ne pas se réjouir d'un tel phénomène attendu impatiemment depuis deux ans avec Dans les bois éternels, soit le retour du plus attachant des commissaires, Jean-Baptiste Adamsberg ?

Dans ce onzième "rompol" (ainsi que l'auteure définit ses oeuvres), Fred Vargas aime de nouveau déployer ses talents de conteuse hors pair et réjouira avec certitude tous les passionnés de son univers subtilement décalé. Héritière d'un père membre du groupe surréaliste, elle-même toujours à la "trace" des indices dans son métier d'archéozoologue, elle nous convie une nouvelle fois dans une préhistoire enchanteresse, à la frontière du conte fantastique de tradition européenne. Car c'est bien en Europe que se situe cette sixième aventure de notre commissaire national antihéros impassible mais à l'intuition géniale, à rebours de la méthode déductive dans le typique roman à l'anglaise (Agatha Christie, Conan Doyle, Chesterton pour ne citer qu'eux). Dès le premier chapitre, le lecteur se trouvera en terrain conquis puisque Adamsberg qui doit partir à Londres participer à un colloque sur les flux migratoires sera quelque peu retardé par... la mise à bas et le sauvetage in extremis de la chatte de son voisin Lucio! On retrouve avec délectation cette "Vargas touch" unique qui allie fantaisie poétique et humour décalé tout en finesse depuis l'apparition d'Adamsberg dans L'homme aux cercles bleus (1990 chez Viviane Hamy, réédité en poche chez J'ai lu en 2002). En effet, de Londres où l'équipe d'Adamsberg (l'attachement aux personnages secondaires toujours bien fouillés) se trouve confrontée à une scène macabre de pieds coupés et... chaussés dans le cimetière de Highgate à la paisible banlieue parisienne où l'horreur atteint son apogée par la découverte du corps littéralement pulvérisé de Pierre Vaudel (mais sans effet vraiment "gore" pour autant ! ) amènera après une première partie assez longue à un voyage en Serbie bien plus rythmé. Là, Adamsberg fera le jour sur les deux affaires précédentes qui le conduiront sur la trace des liens de... son propre sang! mais chut... n'allons pas déflorer le secret plus avant !! Sachez seulement qu'une sombre et archaïque superstition de vampires rôde dans cette région hostile (néanmoins peuplée d'hôtes accueillants) et pèse dangereusement sur Adamsberg qui pourrait bien y laisser sa peau... Cette déambulation européenne sonnerait-elle la fin de notre brave

Petit échange sur le rayon polar, entre deux libraires : Véronique et Karine.

Karine - Je l'ai fini hier soir, j'étais à la fois triste de quitter Adamsberg et sa brigade mais tellement heureuse d'avoir retrouvé ma chère Fred Vargas !

Véronique - Tu ne trouves pas qu'elle se répète un peu ? Car la thématique ne m'a pas surprise, l'intrigue est schématique, destinée plutôt à plaire au grand public, même si je trouve qu'à partir du départ du commissaire en Serbie, l'intrigue prend du relief et devient plus prenante...

K - Moi, j'y adhère toujours, mais c'est vrai qu'on peut se lasser - ce qui n'est pas mon cas ! Grâce au charme de l'invraisemblance, elle réussit une fois de plus à nous mener avec bonheur dans son imaginaire inimitable.

V - Le début m'a tout de même surprise ! Ses allusions subtiles à la politique européenne en matière d'immigration sont audacieuses : pour ceux qui la trouveraient trop consensuelle, là j'ai découvert un engagement, une prise de risque pas évidente de prime abord.

K - Car comme à chaque fois, elle sait nous surprendre par une facette inédite qu'elle développe - ici Danglard tombe amoureux, ce qui n'est pas rien !

V - Elle nous divertit certes mais on l'aimerait plus incisive, non ?

K - Cela ne m'a pas gênée, j'étais séduite une fois de plus, et j'ai hâte de l'être encore et encore... Vivement déjà la prochaine fois !

Que les "mordus" se rassurent : Fred Vargas, malgré ou grâce à ce (sur)réalisme poétique qui tisse ses romans, réussit une fois de plus à nous mener bien plus loin qu'on ne l'aurait pensé de prime abord, dans les dédales de son écriture inimitable qui n'appartient qu'à elle seule... Et rien que pour cette singularité bienvenue dans le polar souvent "noir", la sensibilité vargassienne a toute sa place...

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !