Chargement...
Chargement...

Le prix à payer

11801_le-prix-a-payer
Une actualité de Marilyn
Publié le 09/07/2014
PIRCE_Faux livre_fond_gris_BDQuand on s'appelle Price, il faut s'attendre à le payer toute sa vie. Ce propos tenu sans ironie par le père de Daniel Boone Price résume bien la situation dans laquelle il se trouve tout au long de ce premier roman écrit par Steve Tesich, l'auteur de l'excellent Karoo, qui change d'univers pour parler de l'instant difficile de la fin de l'adolescence au passage à l'âge adulte. Ici, une seule issue pour les jeunes diplômés : devenir employé d'usine. Entre son ami Freud attiré par l'idée de suivre les traces de son père  et Misoria qui refuse de devenir ce qu'on attend de lui, Daniel ne fait que regretter amèrement de ne pas avoir redoublé son année scolaire afin de continuer à vivre dans l'insouciance de la vie étudiante. Nous déambulons alors avec lui dans les rues, à la recherche d'un passé qui n'existe plus et d'un présent que la belle Rachel rend pénible. Pourtant, ils ont tout pour être heureux, pense-t-il, car depuis l'instant où ses yeux se sont posés sur elle, il en est tombé amoureux. Il veut tout savoir, de l'air qu'elle prend au saut du lit le matin à la moindre de ses pensées. Malheureusement, les choses sont rarement comme on voudrait qu'elles soient et peu importe combien il se montre exigeant, la jeune femme est insaisissable et s'oppose catégoriquement à lui offrir ce sourire qui serait simplement la confirmation d'un amour réciproque. Alors Daniel essaie de trouver du réconfort dans la maison familiale en passant des soirées avec sa mère qui lui lit l'avenir dans ses tasses de café et en essayant d'éviter son père à qui il ne sait jamais quoi dire... Un véritable labyrinthe que son quotidien. Dans une ville où le chemin semble tracé d'avance, nous découvrons mille possibilités grâce à des personnages à la personnalité prononcée et où chacun nous impose son avis sans qu'il soit possible de dire s'il a raison ou tort. Price (éditions Toussaint Louverture) est d'une justesse incontestable qui ne manquera pas de vous bouleverser et, sans nul doute, l'un des meilleurs romans américains de la rentrée. A paraître le 21 août prochain.  

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !