Chargement...
Chargement...

Le retour du capitaine Alatriste

28_le-retour-du-capitaine-alatriste
Une actualité de Karine G.
Publié le 15/03/2016

 

 

Une nouveauté attendue :

Voici qu'arrive dans notre beau rayon polar le sixième volet des aventures du capitaine Alastriste, personnage qui revient périodiquement sous la plume de l'auteur espagnol Arturo Perez-Reverte et l'on ne peut que s'en réjouir ! Quatre ans séparent cet épisode du précédent - pour mémoire la série se lit dans l'ordre chronologique suivant : Le Capitaine Alatriste, Les Bûchers de Bocanegra, Le Soleil de Breda, L'Or du Roi, Le Gentilhomme au pourpoint jaune, il faudra désormais y ajouter Corsaires du Levant.

 

corsaires-levant.jpg

En loup de mer érudit et avisé, Perez-Reverte nous fait naviguer avec bonheur dans les eaux historiques du XVIème siècle, entre combats navals, poursuites, scènes d'abordage, on s'y croirait ! Les batailles sont à elles seules de véritables morceaux d'anthologie, que le lecteur savourera jusqu'au dénouement, parfois incertain - la guerre en mer a ses écueils.

 

Souvenirs, souvenirs : avec son premier livre Le Tableau du Maître flamand, Perez-Reverte faisait une entrée fracassante dans le genre, obtenant le Grand Prix de littérature policière - une étonnante intrigue mêlant peinture et logique mathématique, sur fond de jeu d'échecs, qui a fait date, c'était en 1993, déjà !

 

Depuis, il a concrétisé avec bonheur une oeuvre mêlant érudition et plaisir, que tout lecteur peut partager. Que ce soit l'univers des livres anciens avec un hommage au créateur des Trois Mousquetaires dans Le Club Dumas, le passé flamboyant de Séville avec La Peau du Tambour sur fond d'espionnage du Vatican, l'argent sale de la drogue dénonçant le cartel de Medellin dans La Reine du Sud, le roman d'aventures maritimes du Cimetière des bateaux sans nom où l'on rêve de trésors engloutis et de cartes anciennes, l'Andalousie sous l'occupation des troupes napoléonniennes dans Le Hussard, Perez-Reverte a plus d'un tour dans le sac à malices de son imagination, et l'on aurait bien tort de s'en priver !