Chargement...
Chargement...

Le secret de Joe Gould de Joseph Mitchell

7648_le-secret-de-joe-gould-de-joseph-mitchell
Une actualité de Marilyn
Publié le 05/04/2013

Quoi qu'il en soit, décrétai-je, s'il y avait bien quelque chose que l'espèce humaine possédait en abondance, en abondance et surabondance, c'était les livres. Quand je songeai aux cascades de livres, aux Niagaras de livres, aux torrents de livres, aux océans de livres, aux tonnes et aux cargaisons et aux wagons de livres qui se déversaient des imprimeries du monde en cet instant, et dont seuls quelques-uns vaudraient la peine d'être choisis, feuilletés, et encore moins lus, je commençai à me dire...

À me dire quoi ? vous demanderez-vous. Se serait trahir le Secret de Joe Gould (éditions Autrement) - et par la même occasion le livre de Joseph Mitchell qui a beaucoup hésité avant de l'écrire - si on vous le disait. En effet, lorsqu'une personne vient à décéder, nous avons tendance à l'idéaliser au point de nier qui elle était vraiment. Si l'auteur n'avait pas pris conscience de cela, nous n'aurions jamais pris connaissance de ce personnage fantasque, ce bohème connu de tous dans Greenwich Village et qui, précisons-le, a réellement existé.

Qu'est-ce qui a bien pu distingué Joe Gould de tous les autres ? Après tous, il vivait de la charité, dormait dans des pensions pour sans abris, était sale et changeait de vêtements que lorsqu'on lui en donnait de nouveaux. Pourtant on le trouvait souvent invité dans des soirées mondaines où il récitait sa poésie et une bienfaitrice lui offrira même pendant plusieurs mois une rente afin qu'il ait un toit au-dessus de la tête et le ventre plein. Pourquoi ? Pourquoi accorder à cet homme souvent embarrassant dans ses discours et ivre quotidiennement ? Parce qu'il écrit L'histoire Orale, un livre qui contient tellement de feuillets qu'il dépasse son auteur. Cet ouvrage est important pour la sociologie et pour l'Histoire. Il regroupe des conversations entendues ici et là et différents essais qui permettent aux lecteurs de se faire une idée de ce qu'était la société dans ces années-là. Lorsqu'elle sera publiée, elle ne tardera pas à être reconnue comme l’œuvre la plus importante du siècle, si tant est qu'on parvienne à déchiffrer l'écriture de Joe.

Joseph Mitchell nous invite à découvrir l'histoire d'un homme attachant, en marge de la société et qui connaît le langage des mouettes. Drôle et profondément humain.

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (120)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !