Chargement...
Chargement...

Le temps, le temps de Martin Suter

8624_le-temps-le-temps-de-martin-suter
Une actualité de Marilyn
Publié le 08/06/2013
Nombre d'auteurs ont, dans leur roman, remonté le temps (à ce sujet, nous pensons à l'hilarant Yankee du Connecticut à la cour du roi Arthur de Mark Twain qui vient de reparaître aux éditions L'Oeil d'or), l'ont arrêté ou encore traversé, Martin Suter avec Le temps, le temps (éditions Bourgois) tente de nous prouver son inexistence. Peter Taler a perdu toute joie de vivre depuis que sa femme, Laura, s'est faite assassinée en bas de son immeuble. Certains seraient tentés de penser qu'après une aussi grosse perte, il serait bon de prendre le large ou, tout du moins, de changer de logement. Cependant, l'assassin n'a toujours pas été démasqué et il est donc impossible d'aller de l'avant. Tous les soirs, le même rituel s'opère : préparer à manger (soit la même recette depuis un an), allumer une cigarette qui ne sera pas fumée, écouter la chanson Back to Black de Amy Winehouse et observer minutieusement le paysage à la recherche d'un changement. Sa patience sera récompensée car Knupp, son voisin, a une attitude des plus étranges : il remplace tous ses arbres et ses plantes par des plus jeunes dans son jardin. Grâce à d'anciennes photographies, notre protagoniste s'apercevra que cette fantaisie à pour but de recréer à l'identique le décor d'il y a vingt ans (période à laquelle Knupp a également perdu son épouse). Étant donné son âge, Knupp ne peut pas finir son projet seul et demande de l'aide à son voisin en échange d'indices qui le mèneraient à l'assassin de Laura. Le temps, le temps est un magnifique ouvrage sur la perte et l'espoir. Ce livre qui commence comme un roman policier est en fait un trompe l’œil, il emporte le lecteur là où il ne s'y attend pas et le laisse stupéfait à la dernière page. Le style de l'auteur - un mélange entre humour et mélancolie - est envoûtant au point de ne pas lâcher le livre une fois qu'on l'a commencé.

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (120)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !