Chargement...
Chargement...

Le trésor du Trésor

2528_le-tresor-du-tresor
Une actualité de David V.
Publié le 19/03/2016

Le Trésor de la guerre d’EspagneOn croyait connaître Serge Pey qu'on avait classé trop tôt parmi les poètes remarquables de notre temps, et si cette affirmation n'est pas à atténuer il faudra désormais le compter parmi les plus beaux conteurs qu'on ait découvert récemment. Quand on songe que ce monsieur enseigne la poésie (cela s'enseignerait donc ?) dans une université toulousaine, on est en droit de considérer que l'étendue de sa gamme impressionne. Avec Le Trésor de la guerre d'Espagne paru aux éditions Zulma, il réussit là où beaucoup échouent : tisser un recueil de nouvelles dont l'unité ne nuit pas à la beauté de chacune. Parler de roman serait néanmoins trompeur ou pour le moins artificiel, même si certains personnages réapparaissent. Non, chaque histoire possède assez de force pour se lire seule, en écho avec celles qui précèdent ou suivront, éclats d'un projet magnifique qui redonne voix à des oubliés de l'Histoire. Le temps n'est pas vraiment dit, pour nous rappeler que sous le drame évoqué se déploie une universalité de la misère des temps difficiles. On reconnaît les années trente et quarante, le combat perdu des républicains et anarchistes espagnols placés en camps de concentration ou poursuivis, leurs enfants héritiers d'une guerre honteuse mais dont le sang contient de cette révolte bafouée. Les personnages sont souvent des perdants qui tiennent leur victoire ailleurs : dans le jeu d'échecs pour Chucho et Floridor qui tiennent en haleine leurs camarades prisonniers par des parties faites à distance qui se prolongeront la liberté revenue par des défis où il faut comprendre que l'important n'est pas de gagner. La nouvelle qui narre cette partie où les pièces sont remplacées par des verres d'alccol est sublime. La victoire peut aussi tenir à une corde où pend un linge qui tient lieu de message, à une barrique transformée en cercueil pour un enfant qui fuit la geôle immonde où on traite les gamins comme des chiens, à une horloge comme celle qu'est devenue la vieille Cega, aveugle dont les déplacements suivent les heures, à un écran de cinéma qu'on est trop pauvre pour voir en face et dont on va apprendre, à l'envers, à lire les sous-titres, à une plage où se retrouvent après des années d'attente les chercheurs d'un hypothétique trésor Républicain qui vont jouer ardemment de la pelle. Ces "récits d'enfance et de guerre" éclatent de ce merveilleux qui transmue l'horreur en or et la misère en argent ; ils ont surtout cette langue maîtrisée, sans affectation, une langue précise et déliée qui s'entend et qui charme. C'est peut-être le secret des poètes quand ils racontent des histoires : elles deviennent des chants.

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !