Chargement...
Chargement...

Leng tch'e

1136_leng-tch-e
Une actualité de Olivier
Publié le 16/03/2016

...ou la mort aux mille coupures. C'est sous ce sanglant auspice que débute le nouveau roman de DOA. Déjà signé de ce mystérieux pseudonyme, Citoyens clandestins nous avait favorablement impressionnés par ses qualités quasi-balistiques : portée de la documentation, efficacité narrative au service d'un scénario subtil et retors. Contrairement à son prédécesseur, Le serpent... joue la carte de la concision : un peu plus de deux cents pages d'action, alliant efficacité et percussion ; pour rester dans la métaphore armée, ce serait passer du fusil Vintorez au mini-UZI : deux manières différentes, mais également létales. Nous évoquerons aussi le Maurice Dantec des Racines du mal,  pour donner quelques repères sur ce mystérieux écrivain, car flotte sur ce titre un parfum indescriptible, à la fois séduisant et addictif, auquel nous ajouterons, pour saluer les qualités de compacité de ce venimeux Serpent, les noms de Richard Stark et de Jean-Patrick Manchette - imaginez une espèce de Petit BleuParker viendrait traîner ses guêtres, suivi de son habituel cortège de coups de feu et de morts violentes... Tout part donc d'un rendez-vous qui tourne mal : les représentants d'un narco-trafiquant colombien sont froidement abattus par un motard accidenté qui gisait là. S'enchaine alors un macabre engrenage, où chaque partie luttera à la vie, à la mort...

Mais considérer le Serpent... comme un simple affrontement entre tueurs serait particulièrement réducteur, car, imperceptiblement, DOA nous amène au coeur de ce qu'est le roman noir : une vision sans concession d'une société en déliquescence, rongée par l'argent sale et les ambitions à la petite semaine, mettant à jour les fameux mécanismes invisibles qui transforment une situation de crise en un écheveau inextricable.

PS : saluons l'humour de la quatrième de couverture, elle éclaire le lecteur SEULEMENT le livre terminé...

                                                          le serpent aux mille coupures

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (125)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (121)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !