Chargement...
Chargement...

Les apparences qui ne trompent pas

15107_les-apparences-qui-ne-trompent-pas
Une actualité de Marilyn
Publié le 27/01/2016
chateauBien souvent, on ne retient d'un livre que son personnage principal. A quoi se résumerait L'observatoire sans Francis Orme ? Quel serait l'originalité de La conjuration des imbéciles sans Ignatius Reilly ? C'est pourquoi, nous pouvons affirmer dès à présent que lorsque vous refermerez Notre Château (éditions Le Tripode), Octave restera gravé dans votre mémoire.

Un personnage hors du commun

Lorsque nous le rencontrons au début du roman, ce narrateur - que l'on pourrait prendre pour un enfant - nous touche par ses phrases répétées et ses mots choisis avec précision. Nous pensons alors être en présence d'un individu heurté par son passé que nous aimerions comprendre et consoler. Or, quelques pages suffisent à provoquer le doute car nous apprenons son âge et son mode de vie. Depuis ce qui semble la nuit des temps, il vit reclus avec sa sœur qui reste enfermée toute l'année dans cette maison décrite comme un véritable manoir.

Où tout bascule

S'il est effrayant, Octave reste cependant inoffensif. Ses semaines sont rythmées par des habitudes ennuyeuses et sa seule distraction est de se rendre à la librairie tous les jeudis. Ce quotidien sera alors bouleversé par une apparition : celle de sa sœur dans un bus. Comment cela se peut ? Elle qui n'est jamais sortie en vingt ans se mettrait tout à coup à parcourir la ville en transport en commun ? Impossible. Et pour cause, lorsqu'il rentre précipitamment à la maison, il la retrouve confortablement installée dans un fauteuil qu'elle n'a pas quitté de la matinée. Devient-il fou ? Oui ou non, cet événement sera l'élément déclencheur d'une série d'incidents bizarres et d'oublis qui le mèneront à tout redouter. La vérité est cependant plus simple, mais elle pourrait aussi tout chambouler. Pour préserver son univers, Octave sera capable du pire et sans éprouver le moindre regret. Pour son premier roman, Emmanuel Régniez nous invite dans un univers gothique inspiré des films de Stanley Kubrick. Bien après l'avoir refermé, Octave continu de nous hanter, nous intimant d'avoir achevé une lecture étrangement fascinante.
  D'autres romans gothiques : Le donjon de Jennyfer Egan : 
http://urlz.fr/302w L'homme au manteau noir  de Diane Setterfield : http://urlz.fr/302u Lady Hunti d'Hélène Frappat : http://urlz.fr/302s  

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !