Chargement...
Chargement...

Les aventures de Tinti

1789_les-aventures-de-tinti
Une actualité de David V.
Publié le 30/08/2013

Le bon larronN'en déplaisent aux tenants de la modernité, les vieilles marmites littéraires nous réservent encore de beaux ragoûts et pour peu qu'on ait encore le goût des histoires, on se réjouira que Gallimard se soit entiché de Hannah Tinti, jeune auteur américaine née à Boston qui avait déjà marqué les esprits (moins les compteurs c'est dommage) avec son recueil de nouvelles Bête à croquer et qui débarque aujourd'hui avec sa petite fanfare romanesque au titre biblique : Le bon larron. Un lecteur de Dickens y trouvera vite des références familières mais saura aussi y trouver son plaisir car s'il y a inspiration ou plutôt hommage, il n'y a pas copie. Tinti a compris tout l'intérêt qu'il y avait à séquencer son livre en courts chapitres très bien menés où l'action ne se relâche pas. Tinti a inventé un personnage d'enfant abandonné à la limite du cliché, ce qui lui autorise toutes les audaces : le gamin est manchot, on fait sa connaissance dans un orphelinat catholique en terre protestante, les moines y sont ventrus et sévères, les couvertures sont usées mais l'envie de survivre (et d'être adopté) plus forte que tout... Bref, on part de loin et la pente va être sacrément rude, mais justement, en nous obligeant à mettre de côté notre habituel cynisme, à ranger nos sarcasmes désamorcés par tant d'imagerie, elle nous met en condition pour accepter sa règle, celle du roman de formation et de brigandage, astucieux mix entre Pinocchio et De grandes Espérances, hommage au père des Lettres américaines, l'inventeur de Huck et Tom Sawyer. Raconter les péripéties de cette histoire abracadabrantesque ne nous mènerait qu'à la confusion car Ren, le gamin sans malice que nous allons accompagner sur les chemins d'une destinée peu commune, ne connaît guère de répit. Et puis il veut savoir d'où il vient, et de fait nous aussi... Alors en ces périodes où le conditionnement aux réjouissances de Noël nous condamne souvent à des livres insipides aussitôt lus aussitôt oubliés, ne mégotons pas sur ce joli présent que vous n'aurez pas volé.

Bibliographie