Chargement...
Chargement...

Les délices du brouillard

541_les-delices-du-brouillard
Une actualité de David V.
Publié le 15/03/2016

richard_harding_davis.jpgOn ne rendra jamais assez grâce à un éditeur discret qui oeuvre depuis des années au service d'une littérature exigeante en rééditant des merveilles oubliées ou dédaignées : sous la couverture bleue ou noire d'Ombres, il nous a offert moult redécouvertes et tirer de la poussière de fameux auteurs. Jean-Paul Archie nous propose ce mois-ci de découvrir (n'allons pas faire croire que nous le connaissions...) dans ses "Classiques de l'aventure et du mystère" un petit bijou américain, à la fois hommage au genre du livre d'enquête et parfaite réussite dans le domaine. Paru en 1901, Dans le brouillard de Richard Harding Davis se situe dans le Londres fantomatique du smog et se présente comme une variation sur le thème du crime parfait, sauf qu'ici nous atteignons au sommet de celui-ci pour une raison que le suspens m'interdit de dévoiler. Tout se passe dans un des ces clubs londoniens dont les britanniques ont le secret : on y croise des hommes conscients de leur élection et de leurs privilèges et qui cultivent avec raffinement l'art de garder pour eux seuls des histoires haletantes. Ce soir-là, Londres connaît un brouillard d'anthologie, ambiance propice aux crimes les plus infâmes. Le double-meurtre que vont successivement évoquer les narrateurs qui se suivent autour d'un alcool chatoyant a la particularité de s'être commis quelques heures plus tôt, son actualité est d'autant plus brûlante que chaque témoin a de nouvelles révélations à faire sur ses circonstances, ses acteurs et la résolution de son mystère. Le piquant de ce petit roman tient à son rythme, toujours soutenu, et à l'idée qui nous fait galoper derrière ce micro-décaméron policier : car c'est la curiosité qui en est le principal ressort, celle du dénommé Andrew, homme d'Etat en vue qu'on attend semble-t-il au Parlement pour un débat de première importance et qui ne parvient jamais à se résoudre à quitter les lieux tant qu'on a une histoire croustillante à lui servir (il a trop lu Conan Doyle...) et ce soir-là, justement, elles ne vont pas manquer. Comme promis on ne dévoilera pas le moindre fil de cette petite merveille où un américain, mieux qu'un anglais lui-même, s'insinue dans un genre pour mieux l'illustrer. Une heure de plaisir assurée au coeur du brouillard londonien le plus épais...

Bibliographie

Abonnement

Derniers articles du blog "Ces mots-là, c'est Mollat" envoyés chaque semaine par mail

Contributeurs

Marilyn (124)

Libraire, lectrice, mais pas liseuse. @MarilynAnquetil

Emilie (119)

"Jeune fille", lectrice de "Roman(s) russe(s)" ou de "Chef (s) -d'oeuvre inconnu(s)", j'aime "Mes amis", "Courir", "Penser/classer" et je lis en toute "Saisons". Au "Square", "Des journées entières dans les arbres", sur "La Côte sauvage", "Le Livre" est "Auprès de moi toujours". Des oeuvres d'Anne Wiazemsky, Emmanuel Carrère, Honoré de Balzac, Emmanuel Bove, Jean Echenoz, Georges Perec, Maurice Pons, Marguerite Duras, Jean-René Huguenin, René Belletto et Kazuo Ishiguro se cachent dans ce petit texte, saurez vous les retrouver ?

Véronique M. (119)

Une libraire qui aime les chats (surtout le sien !), vénère Proust, et est capable dans un grand éclectisme de se régaler avec un essai critique pointu, un recueil de poésie ou un bon polar !