Chargement...
Chargement...

Les deux ombres d'Akira

2485_les-deux-ombres-d-akira
Une actualité de David V.
Publié le 19/03/2016
Akira MizubayashiEn découvrant le livre d'Akira Mizubayashi paru dans la si belle collection L'Un & l'autre de J.B.Pontalis chez Gallimard, nous n'espérions pas avoir la chance d'en rencontrer l'auteur. Mais enthousiasmés par sa lecture nous avons tenté notre chance auprès de l'éditeur qui nous apprit qu'habitué des voyages en France et malgré les soucis du Japon il viendrait effectivement à la rencontre de ses lecteurs. Les sujets qui concernent la traduction, nous nous en rendons compte souvent, et le Salon du Livre de Paris l'a confirmé, ou les nombreux commentaires sur le blog de Pierre Assouline dès qu'il aborde le sujet, intéressent beaucoup de monde et suscitent des débats passionnés au sein d'un lectorat de plus en plus capable de pratiquer plusieurs langues et de mesurer l'importance de ce travail longtemps négligé et sous-estimé. Avec Akira Mizubayashi nous tenions, qui plus est et c'est fort rare, un traducteur du français en japonais soucieux de réfléchir et de se pencher sur le lien qui l'unit à ces deux langues dont il est l'enfant double. Une langue venue d'ailleurs, nous explique-t-il, tente d'expliquer cet incroyable parcours entre deux langues, l'une perdue un temps face à son inanité - Mizubayashi réalise à vingt ans avec anxiété que sa langue maternelle est pauvre et sans avenir - l'autre découverte avec émerveillement - grâce à la lecture d'un philosophe japonais revenu d'occident. De quels mots sommes-nous faits ? N'existe-t-il pas une langue idéale qu'il nous reste à trouver ? L'essai autobiographique de ce monsieur japonais qui a accepté, sans filet ni préparation, de se lancer devant notre caméra impose le respect que l'on doit aux amoureux d'une langue, la nôtre, que nous maltraitons trop souvent, le respect et le charme. Ses deux ombres se détachent sur fond noir.